PARIS JE T’AIME… OU PAS.

Je reviens d’un périple de trois jours à Paris. Périple n’est peut-être pas le mot approprié, ça implique du bon. Parcours du combattant, calvaire, chemin de croix, interminable épreuve parsemée de déceptions et de douleurs (si,si c’est un mot, juste à côté de Paris dans le dictionnaire des synonymes après torture) dont voici le compte-rendu et la dissection non pas pour te distraire cher lecteur, mais pour le simple plaisir de cracher en long et en large sur la ville la plus abominable d’Europe. Je ne les ai pas toutes visitées,mais je prends quand même le risque de l’affirmer. J’espère en passant que tu es doté d’une connexion internet qui fuse et que tu as avalé une bonne dose de caféine si tu planifies de lire l’entièreté,ce qui serait un peu déprimant et suicidaire de ta part,pour être honnête.

PREMIER JOUR

Arrivée à la gare du nord après avoir passé une heure et demie dans le train à enjamber un punk étalé de tout son long dans le couloir pour me rendre de nombreuses fois aux toilettes ( ma vessie devient proportionnellement minuscule en fonction de la gratuité des commodités), et une vieille cinglée à mes côtés qui tapotait frénétiquement du bout de l’ongle sur la fenêtre en chantonnant. Dans le métro, agréable surprise que celle de constater qu’on ne peut pas bénéficier d’un petit plan de celui-ci qui aurait pu s’avérer tout de même utile vu l’immensité du réseau. Nous avons donc le choix entre les panneaux accrochés au murs devant lesquels sont agglomérés des masses de touristes complètement paumés ou ma carte de la ville dont l’amplitude pourrait faire de l’ombre à une nappe un soir de Noël. J’opte pour la deuxième solution qui ne laisse plus aucun doute sur mon statut de touriste,et direction notre première destination.

Le métro parisien est une calamité. L’affluence donne l’impression que tu te trouves constamment en heures de pointe, les fenêtres sont très hautes et minuscules et ne laissent assis qu’une vision très restreinte pendant le voyage et vu le peu d’espace entre les sièges, la population monstre et la chaleur étouffante on sombre vite dans la claustrophobie ou la narcolepsie.Le ticket de métro quant à lui a la taille d’un emballage de chewing-gum, vous accédez donc au statut de héros si vous ne vous en êtes pas débarrassés distraitement en croisant une poubelle.

S’il y avait un seul mot d’ordre pour notre séjour,c’était sans doute celui de s’écarter de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des monuments touristiques. Notre premier arrêt se situe au niveau de l’aquarium,et tiens c’est bizarre alors que les escalators nous éjectent sur la terre ferme,cette immense sculpture ferrailleuse qui pointe le bout de son nez me semble familière. Une demie-heure à Paris et nous sommes déjà à deux pas de la Tour Eiffel. Échec.

L’aquarium donc,est d’une nullité abyssale. L’affaire est bouclée en une heure, aucune salle n’est plus belle qu’une autre, aucune disposition n’en vaut vraiment la peine, aucune espèce ne se démarque du schéma habituel d’un aquarium de base. Le prix est exorbitant pour l’offre, même si tu peux néanmoins avoir accès à celui-ci toute la journée. Pour y faire quoi, je ne sais pas, à part écrire ton mémoire sur les origines de l’ennui profond ou enregistrer des hurlements de gamins pour en faire des inserts sur ton dernier morceau expérimental-metal,je n’ai pas d’idée.

Puisqu’on est bien trop tôt sur notre horaire vu la médiocrité de l’attraction qui allait nous prendre au moins toute la matinée aux vues de mes espérances,on capitule pour passer en-dessous du monument le plus populaire de Paris et pour se balader alentour et y dénicher un petit restaurant. Des files complètement indécentes se sont formées aux quatre pieds de la tour nous offrant une belle démonstration du masochisme étranger pour un édifice particulièrement hideux,et on pouvait presque lire des panneaux à mi-chemin de celles-ci qui disaient « A partir d’ici,plus que deux jours d’attente. » Des militaires avec des mitraillettes intimidantes occupaient le centre de périmètre et contrairement à Kriss et Julien qui trouvaient que leur présence avait un aspect plutôt rassurant, je priais pour que l’un d’entre eux ne trébuche pas et que ce soit pour ma gueule.

Je suis affamée, et mon appétit vorace nous pousse à l’erreur en jetant notre dévolu sur le premier bistrot du coin. J’aurais pourtant dû me douter qu’un café avec vue sur la Tour Eiffel était une idée stupide, et le prix de ma bêtise fût d’être dans un établissement où la nourriture était plus que médiocre et où on vous fait payer sans aucun scrupule 6 euros le verre de coca.

Direction ensuite le musée Dupuytren, équivalent français en moins magistral de l’Hunterian Museum de Londres, cabinet de curiosités sur les déformations et absurdités médicales en tout genre, une petite pièce située dans une école de médecine (?) où il faut sonner pour avoir accès à la collection et où le prix est tout à fait abordable. Comme dans la plupart des collections de ce genre, les photos sont interdites pour des raisons que j’ignore, mais comme je ne respecte rien, j’ai foncé au bout de la pièce ramener quelques souvenirs alors que Kriss s’évanouissait presque en entendant le bruit du miroir de l’appareil qui s’abattait à chaque cliché, alors que le propriétaire revenait pour la troisième fois informer les visiteurs que les photos étaient prohibées. Mise à part cette restriction pour laquelle je suis passée outre, ce petit musée est un délice pour les amateurs d’horreur en bocaux et autres personnes s’émerveillant facilement devant un foetus d’agneau à deux têtes.

Direction ensuite le magasin de taxidermie Deyrolle que j’avais vu à l’époque sur le blog de Fanny, sorte de petit musée d’histoire naturelle gratuit où toutes les pièces sont à vendre. Une fois de plus, prendre des photos y est interdit, heureusement que je ne suis pas touriste japonaise parce que j’aurais déjà pété les plombs de rentrer avec si peu d’images à montrer au reste de ma famille à cause de cette tendance actuelle qui vise à casser les couilles aux visiteurs. Le magasin Deyrolle ne fait pas exception à la tendance parisienne en gonflant le prix de leurs taxidermies à des prix scandaleux et outrageants, ainsi si vous aviez envie de ramener un souvenir chez vous,une poule par exemple, celle-ci vous coûtera la modique somme de 1000 euros. Mais attention,c’est une fameuse poule,bien obèse et probablement avec des gênes tchernobiliens vu son excroissance ventripotente très peu naturelle. Un squelette de chauve-souris encadré coûte au moins 350 euros alors que vous en avez pour 100 euros sur Ebay (et oui,on ne me la fait pas,je suis une connaisseuse moi monsieur), et l’insecte le moins cher de la section entomologique que j’ai ramené à la maison, un papillon de nuit, vaut 5 euros emballé par une vendeuse qui fait la gueule. Probablement parce qu’on ne peut pas la prendre en photo,et que son boulot doit être plein d’échanges humainement enrichissants avec tous les touristes milliardaires qui doivent se battre à toute heure de la journée pour ramener un poulet hors de prix chez eux.

Puisque nous sommes terriblement à l’avance sur le planning, nous décidons de nous rendre à l’hôtel avant d’aller dîner pour y déposer le peu d’effectifs qui nous encombrent lors de nos déplacements. Et arrivés su place c’est le désenchantement. Il y a bien un hôtel dans cette rue dégueulasse et ce quartier inaccueillant, et en vérifiant à plusieurs reprises le nom et en regardant la façade dépitée, j’affirme, malheureuse, d’une toute petite voix,que nous sommes à la bonne adresse. L’hôte me crache presque à la gueule parce que je ne lui donne pas le papier approprié pour la réservation et c’est juste énorme puisqu’il est mis en très grosses lettres HOSPITALITÉ sur la façade du bâtiment. La chambre pue, sans doute les cadavres des anciens touristes que l’on a assassinés, on sait déjà qu’on ne se brossera pas les dents avec l’eau du robinet et on se met d’accord sur les tours de garde qu’il va falloir effectuer pour qu’aucun d’entre nous ne finisse égorgé au petit matin. L’isolation est désastreuse, si le voisin pète nous sommes les premiers au courant, et notre entourage a probablement dû se réjouir quand nous avons regardé le premier soir l’entièreté des reportages sur les forains de France ou les plages nudistes envahies par des adeptes du libertinage.

Nous comptions rester d’avantage sur les lieux histoire de se dégourdir les jambes,mais puisqu’on était pas très branchés à l’idée de rester trop longtemps sur une ancienne scène de crime où le mec de l’accueil allait débarquer à tout moment avec une tronçonneuse pour me démembrer parce que j’avais osé lui tendre le mauvais formulaire,on décide de se rendre à l’avance dans le quartier où l’on avait prévu de dîner. Nous débarquons donc à Châtelet, sans doute l’équivalent de la Rue Neuve de Bruxelles. La rue Rivoli nous a réservé une agréable surprise puisqu’après quelques mètres seulement nous tombons sur un immeuble totalement pris d’assaut par des ateliers d’artistes qui t’invitent à en venir découvrir le contenu. C’est comme si vous pénétriez dans un immeuble de squatteurs à 6 étages avec des appartements remplis d’oeuvres d’art et dont chaque centimètre de mur ou d’espace avait subi un élan d’inspiration ou de décoration. J’avais déjà eu l’occasion de visiter un endroit similaire à Berlin avec Michèle de nuit et c’est le plus fort souvenir que le voyage m’avait laissé, j’étais donc contente de retomber sur ce même genre de manifestation artistique étonnante et gratuite.

Le restaurant en soirée s’est déroulé à la Table des Gourmets et c’est de loin notre meilleure expérience gastronomique du séjour. Le cadre est magnifique puisqu’il s’agit d’une espèce de cave en forme de voûte lui donnant un aspect mystérieux et intimiste, le personnel était extraordinaire, le repas succulent et les prix extrêmement abordables, le tout dans le quartier que j’ai trouvé le plus agréable de tout le voyage.

Après la dégustation,nous sommes passés devant le Black Dog, une espèce de bar mêlant une population gothique et metalleuse dans lequel j’aurais vraiment aimé jeter un oeil s’il n’y avait pas eu foule jusqu’au trottoir d’en face,et les espaces bondés où il faut bousculer une cinquantaine de personnes pour y parvenir, très peu pour moi. C’est malheureusement une des images que je garderai principalement de Paris, ce trop plein de population, ces marées humaines qui découragent en un coup d’oeil de passer un agréable moment. On a préféré terminer la journée sur la place du Louvre étonnamment presque déserte en fin de soirée entre les photoshoots des robes de mariées et quelques musiciens classiques espérant se faire un peu de monnaie.

DEUXIÈME JOUR

Ma jugulaire est toujours intacte et je n’ai pas mal à l’anus, ce qui signifie que les loquets de l’hôtel ont tenu bons et que j’ai tenu une nuit sans me faire tuer ou violer. Cette deuxième journée commence de manière bien matinale parce que j’ai exprimé le désir d’aller à l’avance sur le site des catacombes pour éviter de faire trois heures de file. Après un mal de cou féroce dû aux oreillers exécrables et un jus d’orange coupé à l’eau ( je suis persuadée qu’on peut coter un hôtel presque adéquatement sur ces deux uniques critères ), nous arrivons sur les lieux où une file bien entamée est déjà sur place. Malgré mes précautions d’arriver une demie-heure à l’avance, la totalité de l’attente fût au final d’une heure et demie. Quand nous allions rentrer la fin de la file faisait le tour du square et atteignait presque le début de celle-ci effectuant une boucle autour du parc pour rejoindre les premiers arrivés, la décision de se lever plus tôt n’était donc pas totalement stupide. Le site des catacombes a rempli sa mission : me faire sautiller de plaisir et me faire dire « oh-mon-dieu » toutes les dix minutes, même si j’aurais préféré que le lieu soit éclairé par des grandes torches, que des chauves-souris aient pris possession des lieux, que les emplacements des ossements soient un peu plus diversifiés, et que ça dure toute la vie. Mais bon,je présume qu’on ne peut pas tout avoir.

Étant donné que la journée était axée sur le thème des souterrains, nous avons continué notre exploration dans le musée des égouts de Paris, bien moins intéressants, mystiques et glamours que l’activité précédente. A part une puanteur prononcée qui faisait concurrence à celle de l’hôtel et quelques toiles d’araignées suintantes, le lieu n’avait rien de très passionnant et ses galeries étaient fortement limitées. Puisque le site se trouvait non loin des Champs Elysées et que j’avais l’intention entre deux activités de me ruiner à Sephora nous avons décidé de trouver un établissement culinaire entre les deux. Le panneau vantant des hamburgers monumentaux du restaurant Hippopotamus (sorte de Pizza Hut du hamburger) sur lequel nous sommes tombés n’a pas dû recourir à d’avantage d’arguments que nous étions déjà installés pour en détailler la carte. Pour un restaurant qui n’était pas du tout planifié et dont nous n’avions jamais entendu parler, Hippopotamus était un véritable régal. On a mis un quart d’heure à choisir ce que nous allions prendre alléchés par l’entièreté du menu, les plats étaient délicieux (surtout les desserts!) autant visuellement que culinairement. Une agréable surprise dont mes bourrelets se souviennent!

Chers amis français (et autres non belges), s’il y a bien une chose pour laquelle je vous envie, c’est la possibilité de faire ses courses dans un Sephora (c’est mon côté féminin, si, je te jure il existe) et dans un Virgin. Ce sont les deux complexes qui manquent cruellement à mon existence et qui font que j’ai développé cette relation si particulière avec mes partenaires de coeur Paypal et Ebay. Je suis donc notamment allée m’emparer d’un shampooing Yes to Tomatoes après avoir lu les louanges sur le produit de Dame.Nina et j’ai écumé chaque rayon de Virgin avec passion. J’en ai profité pour ramener avec moi Take me home tonight que je voulais voir depuis longtemps, et le manga « Bonne nuit Pun Pun« . Le vendeur m’a regardé comme une cinglée stupide et inculte quand je lui ai dit de mémoire « Bonne nuit deune deune« . Grand moment de solitude. J’ai vu cette image qui m’a laissée complètement perplexe sur Tumblr et j’ai su immédiatement que c’était un must-have :

Julien l’a brièvement feuilleté et est tombé sur une page avec une immense éjaculation. Il m’a regardé avec un oeil torve pendant toute la soirée.

Tant qu’on est dans les mangas, je me permets de faire une brève parenthèse à ce roman parisien pour vous conseiller à fond de balle le premier tome de Mad World. Si tu es une fille, dans une période à fleur de peau (mais non pas tes règles,enfin!) que tu as des problèmes d’identité lié au monde virtuel (comme moi) et une timidité du monde réel et une sensibilité aux visuels qui ressemblent à ceux de Sailor Moon (comme moi), ce manga est pour toi. L’histoire d’une jeune fille qui n’a pas de téléphone portable et qui envie ses camarades en en créant un imaginaire en quête de contact humain est géniale, j’ai d’ailleurs versé quelques grosses larmes, ce qui n’était plus arrivé depuis mes 14 ans lors des dernières pages de l’oeuvre phare de Naoko Takeushi.

Dans la section jeu vidéo, j’ai le malheur de vous annoncer que je veux la dernière DS en date uniquement pour pouvoir jouer à Spirit Camera ( je n’arrive pas à me mettre à Fatal Frame 2 sur Xbox, qu’est-ce qui cloche chez moi?! )

Il nous reste un peu de temps avant d’entamer le restaurant du soir et j’ai le malheur de vouloir me balader dans le quartier comme nous l’avons fait la veille et qui s’était avérée une expérience convaincante. Nous avons donc atterri aux galeries Lafayette, l’empire de l’horreur et du supplice absolu, j’avais l’impression d’être Dakota Fanning dans La guerre des mondes, sur le point d’être piétinée par une foule d’inconnus enragés qui auraient crevé un oeil à quelqu’un pour une paire de chaussures. J’ai cru que nous trouverions notre salut à l’extérieur. C’était pire. Grosse drache + accros du shopping et je me transforme en cocktail molotov. On finit par s’asseoir affalés par terre comme des clochards dans un quartier richissime de la ville, j’ai bien cru qu’on allait me lancer une pièce avant que nous nous dirigions enfin péniblement au Japanese Bistro, notre rendez-vous du soir.

Le Japanese Bistro est un restaurant au décor épileptique rose fluo où vous avez le privilège de regarder un dessin animé ou une partie de catch asiatique sur les écrans muraux tout en y dégustant des sushis servis par une serveuse kawaii. Pas l’idéal donc pour tenir une discussion ou rester attentifs à ce que vos compères vous disent si comme moi vous êtes complètement hypnotisés, la bave au coin de la bouche dès qu’un écran se trouve dans une pièce ou que vous fantasmez sur les filles déguisées en manga, comme Julien. Le décor est charmant et d’entrée tu sais que tu vas payer pour le lieu plus que la nourriture qui était honnêtement beaucoup trop chère pour ce que nous avions dans nos assiettes, et où le choix et la diversité était absente. Alors qu’à l’Hippopotamus nous ne savions pas quoi prendre tellement la carte était alléchante, ici c’était tout le contraire, rien du tout ne nous faisait envie.

La fin de soirée s’annonçait intéressante. Ce ne fût pas le cas. Je dirais même que c’est à partir de ce moment précis que tout est parti en sucette. J’avais donc effectué à l’avance une réservation pour le Ice Kube Bar, un bar spécialisé en vodkas fait tout en glace. J’étais emballée comme un gamin obèse chez Häagen-Dazs à l’idée d’enfiler un gros manteau pour aller glisser sur un parquet gelé, lécher le mur et que ma langue y reste collée à jamais, cracher et voir ma salive devenir solide avant de retomber par terre. Je n’ai rien fait de tout ça. La station de métro à laquelle nous sommes d’abord censés descendre n’est pas disponible. Pas grave disons-nous gaiement, on marchera de la prochaine.

Sauf que vu le quartier, ce n’est pas vraiment l’endroit où tu as envie de cueillir des pâquerettes sur le chemin, tu pourrais t’écorcher la main sur des tessons de bouteille en les ramassant et on pourrait t’envoyer subitement un pétard dans la gueule pendant que tu admires la délicatesse de la fleur. On s’active, je me demande si google map ne s’est pas bien foutu de ma gueule, on dépasse la rue où l’endroit est censé s’y trouver me disant que non, ça ne peut pas être dans un trou à rats pareil.

Le vigile à l’entrée d’une jolie petite cour qui détone avec tout le paysage et le quartier jusqu’à présent manque de ne pas nous laisser passer. Je lui explique que j’ai effectué une réservation pour qu’il m’annonce au final que nous sommes un peu justes puisque nous avions 5 minutes de retard à cause du métro. Finalement tout roule, on peut passer chez la caissière qui va nous « encaisser » Encaisser quoi? Ma bonne humeur? La location des manteaux pour ne pas mourir de froid? Et bien non, simplement les 38 euros que nous devons payer par personne à l’avance pour les 4 vodkas que l’on nous servira à l’intérieur.

Donc en gros, c’est un peu comme si vous payiez 40 boules pour voir un musée. Super marketing mes petits gars. J’aurais payé avec plaisir la moitié pour me boire quatre chocolats chauds, ou les 40 euros pour nous trois en admirant la beauté des lieux, mais non je suis obligée de m’enfiler toute seule quatre shoots de vodka à un prix complètement indécent, repartir totalement saoûle dans un quartier particulièrement douteux. Bon plan. Qui s’enfile 4 shoots de vodka dans la demie-heure au milieu d’un quartier flippant pour une telle somme, j’aimerais bien le savoir, manifestez-vous s’il-vous-plaît. Personne? Pour avoir travaillé brièvement dans un bar, j’ai vu des filles ramper par terre pour moins que ça, il était donc hors de question qu’on débourse 40 euros pour 4 shots que je ne boirai même pas, autre preuve magnifique de l’escroquerie et du comportement parisien. Je suis sûre que les habitants de la ville aiment la sodomie, parce que des aberrations pareilles, j’ai rarement vu ça ailleurs.

Ce que je n’ai pas vu,tu l’auras compris.

Nous rentrons bredouille à l’hôtel, alors que Julien essaie de me calmer car je suis un peu hystérique par toutes ces conneries et ce temps perdu, en m’expliquant que je ne suis clairement pas la cible de ce genre d’établissement. On a bien fait de rentrer profiter de la télédistribution, puisque j’y ai découvert dans un reportage tardif (comprend documentaire érotique) la renversante Anna Polina suivie d’une émission de catch avec des commentateurs hilarants. Je méprise par dessus tout les doublages français qui rendent n’importe quelle émission ou série risible et parfaitement ridicule, mais celle-ci a trouvé un peu grâce à mes yeux tellement c’était politiquement incorrect ( doubler les paroles d’un catcheur asiatique en imitant pathétiquement leur accent en français, sérieusement?), leurs jeux de mots déplorables, leurs cris hystériques face au déroulement des matchs m’ont un peu remise d’aplomb après cette soirée catastrophique.

TROISIÈME JOUR

Où comment j’ai expérimenté de mes propres yeux l’ampleur de la loi de Murphy. Ou alors tout simplement le karma parisien qui doit probablement ressembler à une grosse crotte de tyrannosaure si il devait avoir forme palpable. Nous nous rendons compte la veille au soir que la ligne de métro sur laquelle nous nous trouvons n’est pas disponible le dimanche matin avant 10 h. Logique. Ça ne nous poserait pas de problèmes dans l’absolu. Sauf que. Nous logeons un peu depuis trois jours dans la tanière d’Hannibal Lecter et qu’il est absolument hors de question que nous y laissions nos affaires là-bas avant de les récupérer pour reprendre le train Tout simplement parce qu’on ne les récupèrera pas. Autant leur dire tout de suite « Hey messieurs un peu louches, il y a plusieurs milliers d’euros de matériel photo dans le sac, c’est cadeau, servez-vous, et en bonus un peu de maquillage dans le sac Sephora pour ta soeur, allez fais-toi plaisir!« . Non,non. Donc mission impossible : rameuter nos affaires à la gare avant de foncer au rendez-vous de 11 h que j’ai pris avec le propriétaire du musée de vampires. A la gare, on met un quart d’heure à trouver les consignes.J’angoisse un peu.

Aux consignes, on prend la seule rangée qui avale notre argent et ré-ouvre dans la minute sa bouche béante offrant nos affaires au monde entier. Je deviens légèrement désagréable.

On attend patiemment qu’un assistant nous rende l’argent de la machine défectueuse. Faut surtout pas se presser, on risquerait de servir les clients de manière effective. Au métro, assoiffée, je prends la seule rangée du distributeur qui décide de ne pas me lâcher ma bouteille. Je menace de défoncer la cage en verre.

Je dis à Kriss à bout « Qu’est-ce qui pourrait encore arriver de pire? » Il me répond que le propriétaire du musée pourrait nous refuser l’entrée parce qu’on arrivera très certainement en retard,étant donné qu’il nous reste un quart d’heure pour parcourir une ligne d’une vingtaine d’arrêts sans savoir précisément où se situe l’endroit. Je me dis que la meilleure chose à faire c’est sans doute d’appeler le propriétaire pour le prévenir que nous n’arriverons pas dans les temps, et comme je le craignais il me répond que la visite doit être annulée et reportée si je ne suis pas à l’heure étant donné que c’est un particulier qui construit un horaire calculé et bien précis en fonction des heures de visite. Je suis complètement anéantie. Je m’effondre médusée par cette course contre la montre et dépitée d’avoir loupé une des visites que j’estimais comme des plus intéressantes à cause d’un service à la population bancal.

Je ravale mes larmes et je décide de remonter à la gare pour trouver le stand d’information concernant les musées. J’ai en effet retenu de tête le nom de l’un d’entre eux que j’avais rayé de la liste estimant que nous n’aurions jamais assez de temps pour nous y rendre, ce qui n’était maintenant plus le cas et l’occasion de rattraper le coup.

La guichetière n’avait pas la moindre idée de ce que pouvait être le cabinet de curiosités Fragonard,et aucun de ses collègues non plus. La plus âgée d’entre eux est venue me dire que cela faisait 20 ans qu’elle travaillait dans le milieu et qu’elle n’avait jamais, au grand jamais entendu parler de ce que j’essayais en vain de visiter et que j’étais une gourde dont il fallait freiner les fantasmes d’expositions inexistantes. Pour couronner le tout, ils n’avaient à leur disposition aucune connexion internet depuis plus d’une heure à cause d’un problème technique et étaient donc dans l’incapacité de me renseigner. C’est à ce moment là que je deviens complètement berzerk et que j’effectue des roues dans la gare en chantonnant « Vive Paris, le pays des ouistitis! ». (C’est une blague hein,je n’ai jamais su faire la roue).

Je capitule donc, puisque cette ville est définitivement moisie allons carrément au centre de la pourriture en nous rendant au Père Lachaise sans aucun plan de celui-ci histoire de trouver la tombe de Jim en un temps maximum, moins vite qu’un aveugle paraplégique et basé uniquement sur l’instinct et les hordes de touristes histoire d’occuper notre journée soudainement très vide.

Moi qui m’attendait à tomber sur des groupies à moitié nues en train de danser sur Light My Fire, nous avons été accueillis par des barrières de sécurité. Nom de dieu.

Nous nous rendons ensuite du côté de Saint Sulpice pour déjeuner dans une pizzeria qu’un collègue de Kriss lui avait conseillé. On nous déplace à deux reprises et l’obèse qui sert de patron en pleine torpeur dégageant des effluves de transpiration a décidé que son point d’attente serait à deux centimètres de nos couverts nous partageant ses fluides corporels toutes les 10 minutes. Au moins la nourriture est bonne, j’ai d’ailleurs dû prendre au moins 5 bons kilos à Paris. Les repas étaient les seuls moments de consolation dans cette agitation malsaine et pour prendre un peu de recul face aux déceptions constantes et aux jambes lourdes que je me payais en milieu de journée. On paye l’addition et le change ne revient… jamais. Les mecs se sont octroyés 5 euros de pourboire sans rien demander et font tout un mauvais cinéma de duplicité quand on leur fait la remarque. La malhonnêteté de cette ville m’époustoufle jusque dans les dernières heures.

Paris Vs Los Angeles

La dernière activité de la journée est l’animation du manoir de Paris, équivalent du London Dungeon, espèce de parcours horrifique sur l’histoire de la ville… sauf que bien sûr nous n’avons pas eu droit aux anecdotes historiques de Paris qui auraient pu s’avérer culturellement sympathiques, mais une mise en scène éphémère en parallèle avec la sortie du probablement très mauvais « Abraham Lincoln, Vampire Hunter« . La mise en scène était bonne,les acteurs compétents, certains décors bluffants mais pour quelqu’un qui a souvent le trouillomètre au maximum dans les maisons hantées (je ne suis toujours pas remise de celle d’Universal Studios dont je suis ressortie en hurlant, mon père complètement hilare), après 5 minutes j’ai trouvé les schémas très redondants et je m’embêtais presque alors que j’étais venue pour qu’un clown démoniaque ou un zombie putréfié soit à mes trousses. Monde cruel.

Notre dîner s’est déroulé chez KFC, puisque nous n’avons pas le fast food à Bruxelles.

Ils n’avaient plus de poulet. Je ne ferai absolument aucun commentaire sur l’aberration de s’appeler Kentucky Fried Chicken et de t’annoncer un truc pareil. J’ai pris un petit Pepsi,qu’on m’a servi dans un verre avec des glaçons. Les garçons en ont demandé un grand, ils ont reçu une bouteille chaude sans rien pour la boire. A ce stade du voyage,nous étions trop las ne fût-ce que pour souligner l’absurdité de tout ce que nous étions en train de subir : la connerie maladive qui se propage dans cette ville à la vitesse de la peste ou une malchance crasse qui nous collait à la peau.

Jeanloup Sieff, Alfred Hitchcock Benedetta Bonichi, La colonna di perleDorothee Golz, A.DKatharina Fritsch, Mönch.

La journée s’est achevée dans le quartier de Pompidou où j’ai ramené quatre malheureuses cartes postales du centre dont le magasin est d’une pauvreté hallucinante. Quand je pense que je me plains de Bruxelles à longueur de journée, notre musée d’art moderne est 10 fois plus petit que celui-là et possède un commerce 10 fois plus riche que celui-ci. Paris est pauvre, Paris est moche, Paris est une ville pleine d’hypocrisie, Paris n’a rien à offrir, Paris n’a rien à se faire envier, Paris est une dénué de tout charisme. Je n’ai jamais été aussi heureuse de reprendre le train au milieu des pèlerins de la Japan Expo qui se déroulait le même week-end pour rentrer chez moi, et j’aurais presque embrassé le sol de ma ville en arrivant (ce qui n’arrive jamais), si je n’avais pas peur de devoir subir une ablation buccale le lendemain.

Malgré cette tentative de city trip qui fût donc un échec presque absolu, je recommande tout de même le blog de cet américain qui fût d’une aide considérable dans la préparation du voyage, au cas où vous souhaiteriez vous faire du mal prochainement. J’espère personnellement ne jamais retourner là-bas ( c’est ma troisième tentative et à chaque fois je reviens avec la gerbe, j’ai donné ), et j’espère plutôt me tourner à l’avenir vers Prague ou Bergen, que j’espère être plus riches et plus reposantes à la fois.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par le symbole *.

41  commentaires

  1. La lecture de ton périple ne me donne pas une si mauvaise impression, les photos m'allèchent bien et tu as pu voir pas mal de chouettes choses tout de même !

    En commençant à lire, je me suis dit "Putain Aleks si t'es pas allée voir les catacombes je t'y embarquerai moi-même". Tu es allée voir les catacombes, c'est bien. J'y étais 3 fois déjà, et je ne m'en lasse jamais. D'ailleurs je crois qu'on y fait tous la même photo : http://hypothermia.free.fr/cliches/1004/(l'avant-dernière de la 2e colonne) Mais punaise je ne sais pas comment vous vous en êtes sortis, à chaque fois que je veux y prendre des clichés j'en chie niveau lumière (et trépied interdit = caca). Je crois que ce que j'y préfère sont les stèles avec plein de citations, incrustées dans ces murs d'os et de crânes : ce mélange de poésie macabre me fascine. Et quand je réalise qu'en fait tous ces ossements étaient des "vrais gens", j'en ai le vertige.

    L'Ice Kube Bar, je voulais aussi y aller, j'ai eu la même réaction que toi, donc j'ai zappé aussi. Ça m'hallucine même qu'ils aient des consommateurs – probablement insupportables j'imagine, je doute que l'ambiance y soit dans mes goûts.

    Le musée Dupuytren était fermé quand j'ai voulu y aller et je l'ai complètement oublié, merci de m'en faire un rappel, pour la prochaine fois que j'irai dans la capitale.

    Le cabinet de curiosités Fragonard, ce n'est pas le musée de l'école vétérinaire à Maisons-Alfort ? Je n'y suis jamais allée car il est assez excentré de Paris, mais il me semble que c'est ce que tu recherchais.

    Au lieu de l'aquarium, peut-être que le Musée d'Histoire Naturelle t'aurait plus plu ? Je n'y suis allée que gamine aussi je ne m'en rappelle plus trop, mais je crois que j'avais été très impressionnée par la galerie de l'évolution, les squelettes de dinosaures, et les agneaux à deux têtes dans le formol.

    Je n'aime pas vraiment Paris, la ville en elle-même, qui me donne cette même impression de surpopulation que toi. Par contre, j'y vais assez souvent par ses musées/expos/événements que je ne peux voir que là-bas. Je préfère donc considérer cette ville comme une source d'opportunités artistiques que comme un lieu à visiter.

    Je ne sais pas si les "vieilles peintures" c'est ton truc, mais le Musée d'Orsay est de loin mon préféré. Sinon, le Musée du Quai Branly est bien chouette aussi, si les arts primitifs t'inspirent.

    Sinon, tu pourras faire un guide du même style à Bruxelles ? Les deux fois où j'étais dans ta ville, je n'ai pas vraiment su quoi y faire, en vrai, il y a des trucs sympas à voir ?

    PS : Si tu te lamentes d'un Sephora, il y en a deux à Lille, je peux me faire ta fournisseuse si besoin !

    1. Haha,je savais que les photos contrediraient le récit,je m'étais fait la réflexion,tu ne fais que confirmer! ( Mais je te promets que c'était pas une part de gâteau et que je n'y retournerai que si je peux toucher Ryan Gosling ou embrasser Kristen Stewart.)

      Pour les photos des catacombes,sur les parties plus détaillées comme des crânes, on pointait une lumière de portable pour pouvoir faire la mise au point et on l'enlevait pour prendre la photo. Les plans larges sont surtout pris du sol donc pas de problème de flou/bougé. Et enfin, j'ai une des optiques les plus lumineuses comme compagne qui pourrait te trouver des détails dans un cercueil enseveli. C'est vrai que les ossements,plus que les crânes en eux-mêmes d'ailleurs sont assez perturbants au niveau de la quantité. On se demandait d'ailleurs comment tout cela tenait ensemble,ce n'est pas possible que toute cette structure tienne par simple emboîtement,si?

      L'Ice Kube Bar est destiné aux violeurs richissimes,j'en suis persuadée.

      Pour le musée Fragonard,si c'est bien celui-là (d'où la vidéo juste avant pour montrer que je ne suis pas folle!),tu n'as pas travaillé 20 ans dans une cage en verre à la gare du nord et tu es plus compétente que les 4 personnes qui se trouvaient là-bas dont c'est censé être la spécialité.

      J'ai pensé à faire le musée d'histoire naturelle,mais j'ai gardé un très mauvais souvenir de celui de New-York qui était une expérience très décevante à cause du monde qui s'y trouvait,impossible de circuler, hurlements dans tous les sens, une véritable accalmie,j'ai eu peur de subir à nouveau la même chose! Même si les photos de la salle d'évolution me donnent toujours l'eau à la bouche…

      J'irais comme toi sur Paris bien plus souvent si ce n'était pas si loin et si cher. Je vois toujours des affiches d'exposition qui s'y trouvent qui me donnent envie,et je crois que je vivrais beaucoup mieux la ville si je pouvais rentrer chez moi dans mon lit après un bon bain au lieu de séjourner dans la maison d'un serial killer. Je suis trop vieille pour faire des voyages culturels intenses de 3 jours de suite.

      J'ai fait le musée d'Orsay lors de mes deux visites précédentes, et je l'ai bien aimé même si trop grand à mon goût. J'y avais vu une exposition temporaire de Seurat qui m'avait fait penser à Before Sunrise,l'un de mes films préférés,et je suis toujours émerveillée d'y voir "Le centre du monde".

      Il n'y a rien à faire à Bruxelles.RIEN. Je ne rigole pas.

  2. Bordel, tu me rend folle à écrire des articles aussi longs (pas dans le mauvais sens du terme hein ^^), j'en suis même pas à la moitié et ça fait 10 minutes que j'essaye de lire main mon chat en a décidé autrement.

    J'habite à 1h30 de Paris à peu près, j'y suis allée pas mal de fois mais j'ai encore pas mal de trucs à visiter. Je suis aussi allée à cet aquarium, et j'en suis ressortie pire que déçue. La seule espèce qui m'a marquée et devant laquelle je suis restée 10 minutes comme une mongole, c'est la petite pieuvre (poulpe ?) que tu as prise en photo. Je m'arrête à un Starbucks à chaque visite de Paris, c'est un peu notre passage obligatoire (et disney store aussi, mais ça bizarrement, mon homme aime moins xD)
    Pour le musée Dupuytren, je dois être maudite. A chaque fois que je vais dans la capitale, j'y vais avec mon homme, et arrivée devant la porte "fermé aujourd'hui". J'ai grave les boules, ça fait plus d'un an que j'essaye d'y aller et sans réussir -__-. J'avoue que c'est bien flippant les militaires autour de la tour eiffel, et le jour de l'an, c'est la merde totale. Je l'ai fait cette année, et je ne le referai plus jamais je crois. Et le métro, n'en parlons pas -__- c'est bourré de déchets toute la nuit.
    Ta photo du pont aux cadenas me fait me souvenir que je dois y en accrocher un lors de ma prochaine visite à Paris :P (ouais jsuis un mouton et j'assume mais jtrouve ça trop mignon !). Je dois aussi aller aux catacombes depuis un moment, mais j'ai jamais le temps. Je fais toujours 1 journée max sur Paris, sinon je crois que je deviendrais folle et que je butterai quelqu'un >__<. T'es allée dedans avec un trépied ou pas ? J'hésite à le faire, mais vu qu'il y a du monde c'est peut-être pas la bonne solution.
    Hippopotamus, ça me fait revenir 5 ans en arrière, quand j'allais encore en vacances avec mes parents dans le sud de la France, on s'y arrêtait pour manger. J'étais aux anges, c'est vraiment pas mal comme resto.
    J'ai un Sephora dans ma ville, mais je ne trouve jamais ce que je veux, ou les seules choses qui m'intéressent sont hors de prix (genre Urban Decay ♥). Et comme le disney Store, c'est un truc que mon chéri déteste, donc j'évite d'y aller :(. Par contre, pour le truc à vodka là, il me tanne pour y aller, alors que moi je ne veux pas, d'abord parce que je ne bois pas et vu le prix… j'vais pas payer 40€ alors que j'bois rien haha ste blague. Et puis je trouve que même l'intérieur n'en vaut pas le coup.
    Je vais paraître d'une beauf-attitude extrême, mais ce genre d'émissions, je les regarde quand je me fais chier, juste pour me foutre de la gueule des gens, un peu comme confessions intimes (jsais pas si tu connais).
    Le musée Fragonard fais partie de mes projets de visites, j'espère que je réussirai à le trouver. Tu devrais écrire toutes les adresses que tu veux visiter, tu galèrera beaucoup moins.
    Je suis allée 2 fois au Père Lachaise, et à chaque fois je suis sur le cul (nan, y a pas de jeux de mots avec le nom du cimetière hein). Je suis fascinée par ce genre d'endroits, la partie complètement déglinguée du cimetière est gigantesque pour le plus grand plaisir de mes yeux. Ze endroit pour faire des photos. Ça dérange pas mal de personnes, mais je m'en tape. La tombe de Morisson est très simple, voir même trop simple. Une de celles qui m'oint marquée: Oscal Wilde. Elle est remplie de rouge à lèvre. Dans ma ville, il y a un cimetière un peu du même genre, mais beaucoup moins grand, où est enterré Jules Verne (j'ai des photos sur ma page fb si tu veux y jeter un œil).
    KFC…sans poulet… c'est l’hôpital qui se fou de la charité non ?

    1. On est en manque de Starbucks aussi dans le pays, alors c'est un peu l'orgie comme toi dès qu'on en croise un,ça ne m'aide pas contre les kilos,cette fameuse tendance!
      Nous allons aussi chaque fois au Disney Store plus que par habitude que réelle passion, et cette année j'y ai vu des poupées vraiment splendides inspirées des caractères Disney,alors que je n'ai pas spécialement d'inclinaison pour ses héroïnes ( à part Ariel ), j'étais presque prête à claquer 40 euros pour en ramener une de la collection Animators
      http://www.google.be/imgres?um=1&hl=fr&client=firefox-a&sa=X&rls=org.mozilla:fr:official&biw=1252&bih=527&tbs=isz:l&tbm=isch&tbnid=d1NY2F8f2AGplM:&imgrefurl=http://filmic-light.blogspot.com/2011/10/disney-animators-collection-snow-white.html&docid=RPFSdChrmYWmaM&imgurl=http://1.bp.blogspot.com/-GwF8VTcIgjY/TqRSfGQqtfI/AAAAAAAAPjc/lM_3PJrIJfI/s1600/10toddlers2011.jpg&w=1510&h=1111&ei=-5X-T4naDcTL0QXN24yeBw&zoom=1&iact=hc&vpx=116&vpy=78&dur=510&hovh=163&hovw=197&tx=188&ty=51&sig=110218177809965138450&page=2&tbnh=163&tbnw=197&start=12&ndsp=17&ved=1t:429,r:11,s:12,i:147

      Il faut faire attention pour le musée Dupuytren, il est ouvert seulement trois heures par jour et seulement en semaine,c'est peut-être pour ça que tu n'as jamais eu de chance,il faut bien te renseigner avant de t'y rendre!

      C'est bête pour le pont aux cadenas,j'en avais justement un que je trimballais dans mon sac depuis un bout de temps et que j'avais enlevé récemment parce qu'il rendait le tout beaucoup trop lourd!

      On ne peut pas amener de trépied aux catacombes,donc non!

      Qu'est-ce que tu recherches chez Sephora que tu ne trouves pas? Je n'ai ramené que la primer potion de la marque pour me ravitailler,je pensais ramener bien plus de chez eux,mais je n'ai rien trouvé de très plaisant et j'ai trouvé les prix assez chers,et je n'ai pas trouvé les palettes très sombres que j'espérais,tout devait être parti!

      Haha,les garçons m'ont proposé de m'accompagner chez Sephora,j'ai dû les repousser pour qu'ils aillent faire quelque chose d'autre en attendant,parce que voir une fille hésiter pendant 20 minutes sur deux fond de teint,je comprends qu'il y a de quoi rendre cinglé!

      Je connais Confessions Intimes,mais maintenant que je n'ai plus la télé depuis presque une décennie,je suis toujours pleine de gratitude pour ce que j'ai l'occasion de voir même quand c'est le pire de la programmation ;-) !

    2. J'avoue que j'essaye d'y aller molo quand on va à Starbucks, à cause du prix mais à chaque fois j'en ai pour 15€ tellement on est des gros morfales hahaha.
      Le disney Store, à chaque fois que j'y vais, je repars avec une peluche, je suis une tarée de Toy Story, et quand j'ai vu qu'ils sortaient un Lotso qui sentait la fraise O_O je me suis dit, j'en ai pas besoin, mais il me le faut! Donc maintenant il trône fièrement dans ma chambre. C'est vrai que ces poupées là sont super mignones, mais je suis beaucoup plus peluches que poupées^^.
      La dernière fois que j'ai voulu aller au musée Dupuytren, on avait fait en sorte d'y aller en semaine parce qu'on s'était fait avoir les autres fois. On avait regardé sur le net tout ça, et arrivés là bas "musée fermé aujourd'hui" et c'était pas spécifié sur le site…
      Quand je vais chez Sephora, je suis toujours en train de loucher sur les palettes d'urban decay ou des vernis (OPI, Essie…) mais chez moi y a beaucoup de teintes, sauf ce que je cherche. Et puis bon 13€ un vernis, ça fait mal aux fesses. Je me suis achetée la primer potion il n'y a pas longtemps, mais 16€, c'est un peu abusé quand même. Et puis j’attends de ma racheter du bon make up pour l'utiliser parce qu'en été j'évite de me faire des yeux de panda ^^. Et puis faire les soldes à Paris, laisse tomber haha j'en connais un qui n'y survivrait pas :P

    3. Tu as des préférences chez Starbucks? J'ai rarement pris autre chose qu'un frappuccino caramel et leurs variations de cheesecakes que j'aime tellement que je ne regarde même pas ce qu'il y a d'autre!

      C'est marrant que tu parles de l'ours de Toy Story,quand nous sommes allés au Disney Store nous l'avons tous sniffé,agréablement surpris qu'il sente ma fraise pour de vrai!

      J'espère que le musée Dupuytren sera ouvert pour ta prochaine venue,je t'avoue que quand je suis arrivée et que la porte était fermée,j'avais un peu peur puisque je l'imaginais bien fermer sur un coup de tête si ça les arrangeait, il n'y a pas foule pour voir leur collection,et ce n'est pas une grande perte pour eux…

      J'ai cruellement envie de la teinte GET IN THE EXPRESSO LANE d'OPI,mais une fois de plus c'était d'une collection éphémère,je vais donc me pencher sur Ebay qui ne me fait jamais faux bond alors qu'il n'était pas dans le magasin (et moins cher que 13 euros,c'est toujours bon à prendre!)

    4. Chez Starbucks moi à chaque fois c'est un frapuccino au chocolat/chantilly sans café (sais plus le nom exact). La dernière fois j'avais pris un creamcake avec des bouts d'oreo (à se taper le cul par terre, heureusement que c'était bon vu le prix >__<).

      J'ai la petite licorne aussi, quand j'y vais je régresse de 15 ans haha.
      Je croise les doigts pour le musée, c'est vraiment con qu'on puisse pas y prendre de photos. J'vais essayer de faire comme toi, en cachette eheh.

      Pour les OPI, j'ai une liste, et pas que pour cette marque là d'ailleurs, toutes dans des teintes assez foncées. Je ne me vois pas avec du fuchsia au bout des doigts, ou alors c'est que j'ai un gros problème mental lol. Si j'arrive à acheter tous les vernis dont j'ai envie, j'pense que ça va me revenir à pas loin de 250€ et encore lol. Je me retiens de pas claquer toute ma thune dedans, et puis j'essaye de voir si je ne trouve pas les mêmes teintes moins chères chez d'autres marques.

  3. Merci beaucoup pour cette virée photographique avec toi ! Ton blog permet toujours une certaine évasion, un plaisir !
    Je suis restée aussi amusée que fascinée par les photos de curiosités médicales. Tu as fortement bien fait de déclencher ton appareil malgré l'interdiction !
    Sinon concernant le Père Lachaise, j'ai pu m'y rendre une fois il y a longtemps et j'avais pris quelques photos avec mon ancien appareil, j'adorerai y retourner avec mon reflex !
    Tes photos sont vraiment chouettes en tous cas !

    1. Mais de rien!
      J'espère que tout va bien de ton côté!
      Merci pour tes compliments qui sont toujours fort appréciés!

  4. Et après on s'étonne que les français, et les parisiens en particulier ont une réputation merdique : arrogants, impolis, antipathiques, etc etc.. Mais cette réputation est bien fondée !!!
    Je suis allée à Paris une seule fois, dans ma période où je n'étais pas encore l'asociale quasi-agoraphobe que je suis ! J'avais bien aimé, j'y été resté une semaine sans programme précis à suivre. Mais j'avoue que je serais incapable d'y retourner maintenant : trop de monde partout !! Cette fois là, j'avais pas pu faire les catacombes tellement y avait foule, (le fameux tour de square !!!) et je t'envie sur ce coup-là, c'est à faire au moins une fois dans sa vie ! Tes photos sont magnifiques (toutes bien sûr) et tous ces cranes là, je les verrais bien en déco sur chacun de mes murs !!!
    Bref Paris, c'est pas la capitale de rêve comme on entend partout, Paris c'est gris, c'est excessivement cher, c'est bondé, Paris c'est invivable !!!!

    Pour le shampooing, j'espère qu'il fera autant de miracles que le mien sur mes cheveux !!!

    1. Je ne connaissais pas la réputation des parisiens,mais elle correspond exactement à la description que tu en fais!

      Tu n'imagines pas à quel point c'était tentant de ramener un crâne chez moi (mon dieu que c'est malsain!), si tu as l'occasion de faire la longue file,c'est sans doute ce que je recommanderais le plus comme activité à Paris sans être déçu du contenu!

      Je croise les doigts pour le shampooing, je suis toujours en quête de la consistance parfaite, la croisade des cheveux propres continue!

  5. Je te comprends, Paris c'est une ville vraiment particulière, et en plus t'as l'air d'avoir vraiment pas eu de chance !
    J'y suis allée plusieurs fois mais j'ai été dans aucun des endroits dont tu parles, sauf au père lachaise en voyage scolaire, j'ai vu aucune tombe de célébrité vu que je cherchais celle d'un ami de mon frère qui y est enterré depuis des années, mais je l'ai jamais trouvé. En plus de ça comme je suis thanatophobe j'ai fini par pas me sentir très bien.
    Bon j'ai bien sûr connu les joies du métro, d'ailleurs en le prenant 4 fois durant le voyage scolaire on a eu droit 2 fois à des clochards qui se chiaient dessus, un vrai bonheur.
    Le passage sur Séphora m'a fait rire parce que j'ai moi aussi projeté d'acheter ce shampooing grâce à (ou à cause de) Dame.Nina. D'ailleurs si tu pouvais faire un petit compte-rendu (tout de suite les grands mots) de ce que ça donne sur tes cheveux ce serait cool.
    L'histoire du KFC sans poulet aussi m'a fait marrer, quel gros foutage de gueule. C'était peut-être un kebab qu'avait volé une pancarte KFC, qui sait :D
    En tout cas tes photos sont magnifiques, comme toujours !

    1. Oui,je crois que c'est une question de manque de bol qui ne m'a pas aidée à apprécier ce séjour,mais ça aurait pu être moins pire si les gens avaient été moins malhonnêtes et plus sympathiques… Tu es thanatophobe,c'est bien étrange! Je suis toujours curieuse d'entendre les phobies des autres,et je n'avais jamais entendu celle-là,qui est pourtant une des plus compréhensibles!

      Je ne sais pas vraiment te faire de topo sur le shampooing,je ne l'ai utilisé qu'une fois depuis! Bonne nouvelle,je ne suis pas chauve,la consistance est chouette et l'odeur aussi, pas d'impression désagréable après l'avoir utilisé comme les cheveux secs ou qui grattent,tout va bien!

      C'est marrant que tu soulignes cette histoire de Kebab, il y en avait un juste à côté qui avait en effet copié le panneau de la chaîne et qui s'appelait genre CFK dans lequel j'ai failli rentrer (et ne plus jamais ressortir,ça sent les hamburgers faits en viande humaine par là-bas)!

      Merci pour les photos!

    2. J'ai cette phobie depuis toute petite, y a des périodes où elle s'accentue plus que d'autres pendant lesquelles je supporte pas la vue d'un cimetière où de pompes funèbres (rien que de l'écrire ça me brûle les doigts). Quand j'en vois je m'arrête de respirer jusqu'à avoir dépassé "l'obstacle". Je suis complètement folle.

      J'imagine bien qu'il est encore trop tôt pour te faire une idée sur ce shampooing, en tout cas le peu que tu en as dit ne me décourage pas (dommage pour mon porte-monnaie).

      Je suis fière de moi pour l'histoire du kebab, quel instinct dis donc, je vais pouvoir ouvrir un cabinet de voyance je crois. C'est marrant que tu parles d'hamburgers faits en viande humaine, une fois j'avais fait un rêve où on mangeait de l'humain chez mac do, j'avais même assisté à la sélection, ils étaient répartis en deux catégories : les "pondeuses" et ceux qu'on mangeait direct. Des humains ovipares, oui oui. Ils étaient tout bleus, ils avaient l'air morts depuis longtemps mais pourtant un peu vivants, étrange donc. (encore un truc qui confirme que je suis folle)

      Sinon j'ai vu plus haut que tu parlais de la primer potion, j'ai celle pour les yeux qui est super efficace, un jour j'en ai mis sur un seul oeil pour voir la différence et à la fin de la journée c'était flagrant ! J'en mets aussi sur les lèvres, le rouge à lèvres tient super bien même après s'être goinfrée. Celle pour le teint par contre je sais pas vraiment, j'ai beau en mettre ça change pas grand chose, en même temps avec le masque de piercing qui frotte sur le nez toute la journée ça fait difficilement le poids.

    3. Non,c'est vraiment intéressant comme phobie,tu ne corresponds pas à cette masse de clichés profondément gothiques chez les filles plus à côté qui sont fascinées par toutes formes de mort (comme moi!)

      Je mangerais définitivement des hamburgers humains. il paraît que lorsqu'on a goûté au cannibalisme, on ne peut pas revenir en arrière, la viande humaine étant la meilleure aux papilles de l'homme.

      Cela doit faire 3 ans que je n'ai pas acheté la primer potion. Je l'avais ramenée d'un Sephora à New-York,et lorsqu'elle était vide,je n'ai jamais pris l'initiative de la racheter,la trouvant trop chère et pas spécialement nécessaire à mon quotidien finissant par débourser mon argent dans autre chose. Cela fait plusieurs jours que je la réutilise maintenant que je l'ai reprise à Paris et je me rends compte de la grave erreur, mon maquillage a bien décliné au fil des années à cause de ça,et penser que les primer de Mac faisaient tout aussi bien était me planter profondément. Je ne suis pas très portée primer faciaux,je les trouve toujours décevants et j'ai la flemme de rajouter une couche de crème supplémentaire le matin donc tu me confortes dans l'idée que ça ne sert généralement pas à grand chose!

  6. paris a une réputation de merde. c'est une ville crade, stupide, faite pour les poseurs et ceux qui se la jouent élitistes. c'est un endroit tellement moisi qu'à chaque fois que je suis contrainte d'y aller, je m'enferme au musée de l'homme et je n'y bouge plus. je déteste paris, en revanche, j'adore ma région, fusse-t-elle très chiante, et si tu es dans un petit trip "nature+paysages sauvages+villages pseudo-médiévaux", je serais ravie d'être ta guide. accessoirement, pas loin de chez moi, il y a le musée de la torture. c'est délicieux.

    enfin quoi qu'il en soit, je ne suis pas surprise par cet article. j'espère que tes prochains voyages seront plus concluants. essayes l'italie, un de ces jours, si tes finances le permettent. c'est un endroit sublime, et même si les italiens sont des bougres d'arnaqueurs, leurs musées en valent la peine, eux.

    1. J'ai fait presque l'entièreté de l'Italie étant plus jeune!
      Je l'ai beaucoup appréciée même si je regrette de ne pas l'avoir faite quand j'avais beaucoup plus de notions d'histoire de l'art ce qui m'aurait permis de voir certaines choses avec plus d'intérêt ou différemment.

      Je pense cependant,avec du recul que c'est un pays que je n'aurais pas du tout aimé aujourd'hui. Je me souviens que ça hurlait tout le temps,que les gens conduisaient comme des malades,qu'il faisait très chaud et que les gens se parlaient de manière très bruyante et avec des gestes assez sauvages,des aspects qui me rendent vite à bout et qui ne correspondent pas du tout à ma mentalité, même si effectivement j'étais un peu à la renverse sur ce qu'ils offraient en matière de culture artistique!

    2. je pense qu'il suffit de bien choisir l'endroit où tu vas, parce qu'en effet ce pays peut vite taper sur les nerfs. mais si tu privilégies les petits villages (qui sont magnifiques) et les villes moins bruyantes, tu peux te retrouver dans un autre monde. sienne, florence, et surtout san gimignano sont des endroits géniaux où tu peux trouver au moins autant de belles choses qu'à florence.

      je vais peut-être te paraître prétentieuse, mais je crois honnêtement que le japon serait le compromis idéal pour toi. je me suis promenée en pleine nuit, écouteurs dans les oreilles, sans craindre quoi que ce soit, les gens ne hurlent pas, les métros sont très propres, et extrêmement bien fichus, c'est indiqué partout, si bien qu'il est impossible (et je pèse mes mots) de se perdre. enfin, tu peux aisément passer d'un restaurant à ambiance complètement tordue à un temple magnifique protégé de la modernité depuis des lustres. tu peux te ruiner en maquillage puis assister à un concert de punks en pleine rue. tu peux te taper les sept étages d'une tour destinée uniquement aux fringues, puis descendre dans un sous-sol qui sert de bar gothique. tout ça en fréquentant des gens respectueux, qui considèrent que le service est inné. je crois que le japon, c'est l'exact opposé de la france, tout simplement.

    3. Tu ne parais pas du tout prétentieuse, je sais déjà que le Japon me plairait à en pleurer,mais malheureusement ma mère n'éprouve aucune affinité nippone et ne souhaite pas se rendre de ce côté de la planète ( j'ai déjà essayé de la convaincre,en vain!) et puisque je ne travaille pas encore,je n'ai pas les moyens de me le permettre! J'avais vu un jour que certains magasins étaient protégés uniquement d'un filet si bien que la population était tellement éduquée et fiable,et je n'en revenais pas de lire qu'une mentalité pouvait être à ce point idyllique!

      Je suis de toute façon assez difficile en matière de voyage,il n'y a que deux d'entre eux qui m'ont laissé une forte empreinte et auxquels j'aimerais retourner : la Norvège et la Californie.

  7. Je te déteste un peu là. Oh, n'y voit rien de personnel. Il y a juste que quand j'ai ouvert l'article, je me suis dit "il fallait que ça tombe maintenant !". Parce qu'il y a deux personnes à qui j'aimerais rendre visite. Elles habitent à Paris. Ne se connaissent pas. Il faudra donc que je partage mon temps entre les deux, alors je me suis dit qu'un week-end serait un peu court. Donc pourquoi pas rester une semaine ? Sauf que les deux ont un boulot, ce qui veut dire que je serai livrée à moi-même durant la journée. "Pas grave, Paris est grand et intéressant, j'aurai de quoi faire" me suis-je dit. ET PUIS J'AI LU TON ARTICLE.
    J'vais quand même noter tes adresses, et puis aller visiter le site dont tu as mis le lien. Peut-être qu'en étant seule je vivrai un autre genre d'expérience. Et aussi, je suis très peu critique des grands villes, ayant vécu une large partie de ma vie à la campagne. Bref, de l'air frais (à défaut d'être pur), de la nouveauté et une touche de gore, c'est tout ce que je demande.

    1. Les aspects parisiens que je dénonce ont joué en partie sur ma mauvaise expérience,mais il n'y a pas que cela.

      Je pense que je l'aurais sans doute mieux vécu seule, quand on est en groupe la critique monte vite et on relativise moins,parce qu'on a des gens avec qui on peut se lâcher sur les aspects négatifs,ce qui crée une sorte d'émulation du pire.

      Cela peut paraître dérisoire,mais si j'avais pu me laisser aller dans le métro et faire des breaks en écoutant ma musique ça m'aurait sans doute beaucoup détendue,et ne pas me charger des activités du groupe avec l'angoisse que ça ne plaise pas à tout le monde, que quelqu'un s'ennuie ou que le musée soit fermé rendait la déception d'autant plus grande alors que seule j'aurais continué d'avancer sans me soucier de ce que les autres voulaient faire ou de m'angoisser de les avoir trimballés pour rien. Moins d'organisation et plus de vagabondage solitaire aurait été plus reposant.

      Je pense que seule, Paris aura beaucoup plus de charme et vu que tu ne logeras pas dans un hôtel miteux tu devrais même passer un agréable séjour,j'espère qu'en tout cas ce sera le cas!

      C'est marrant que tu sois moins critique des grandes villes en venant de la campagne, toutes les personnes que je connais qui ont le même profil sont le contraire, percutant d'autant plus ce qui fait la qualité de leur mode de vie face à toutes ces différences et amères beaucoup plus rapidement que quelqu'un habitué aux rythmes citadins,au bruit et à l'affluence désagréable.

    2. Fantine

      Je suis allée qu'une seule fois à Paris, dans ma petite enfance, et j'y ai retenu 3 choses : la saleté, le monde et la tête de mamie quand elle a voulu nous payer une glace.
      Malgré tout, j'y retourne fin du mois (un de mes geek d'amis a réussi à me convaincre d'aller y voir Batman en Imax). Ca ne durera que le temps d'un après midi/soirée, aussi j'espère ne pas me laisser imprégner par la médiocrité des lieux :D
      Néanmoins, je juge qu'un séjour est d'office réussi si on y mange bien, donc je retiens tes bonnes adresses, en particulier l'hippopotamus, dont je viens de parcourir le site, qui m'a tout de suite séduit (y a tout plein d'hippopotames et d'hamburger, quoi de plus pour me séduire?)

      La première photo du poulpe de l'aquarium est une des plus belles que j'ai jamais vu sur ton/tes blogs, et c'est vraiment pas peu dire. T'auras au moins gagné ça à y aller.

      J'espère que tu as mis le cadenas de notre petit casier sur le pont aux cadenas, sinon je ne vois vraiment pas quel était l'intérêt de ce voyage !

      J'aurais réagi de la même manière au Ice Kube Bar ! 40 euros ?! Sérieusement?? Il voulait proposer un prix qui soit encore plus difficile à avaler que la vodka?

      Sinon t'es belle. Je tenais à le dire, on ne s'est plus vu depuis un siècle, du coup je ne peux plus le dire à n'importe quelle occasion, je me rattrape.

      DES BISOUS

    3. Tu vas aller jusqu'à Paris pour aller voir Batman! J'en connais quelques-uns qui seraient contents de faire la même chose! Je me demandais quand même si j'y apprécierais le cinéma dans des quartiers si fréquentés,tous les UGC que je croisais étaient dans des endroits à forte affluence,je me demandais s'il en était de même dans les comppelxes!

      Je crois que tu aimerais beaucoup l'Hippopotamus,le cadre est très mignon,et on mange des bons gros plats indécents sans avoir l'impression d'avoir mangé du fast food,j'y mangerais certainement souvent si on avait ça par ici!

      NON J'AI OUBLIE LE CADENAS!!!! Avant de partir,je trouvais que mon sac était étrangement lourd,et je l'ai enlevé en me félicitant d'avoir trouvé une chose si petite qui alourdissait de manière conséquente mon sac! Quand je suis arrivée sur le pont,j'ai vraiment trouvé ça très bête de ma part (mais je ne suis pas sûre qu'il restait une seule place pour en rajouter un de plus!)

      Merci mon petit chat <3 !

  8. Le simple fait que je laisse un commentaire prouve que je suis maso parce que put*, j'en ai ch* pour lire ton post ^^.

    Je comprends carrément ton ressentiment envers Paris. Je n'y suis allée que deux fois et une grosse partie de ce que tu as vécu, je l'ai vécu, alors que je n'y étais même pas partie pour visiter =D (j'y suis allée une fois il y a 10 ans *je me sens vieille* pour la Japan Expo, une fois pour un mariage…) et bizarrement, je ne me suis jamais dit "Tiens, si j'allais me retaper une crise d'agoraphobie dans le métro et me retaper un hôtel qui sent la moussaka pour visiter Paris". Donc, j'approuve!

    Dans ce que tu as visité, je me dis qu'il y a un aquarium à Liège, super il paraît et qu'en deux ans je n'ai toujours pas été le voir T_T (et toi pourquoi tu vas à Paris pour visiter ça, fais vivre le pays bons sang! :p). Mais au passage, tes photos sont superbes :D

    Attends le Ice Kube Bar quelle arnaque! En plus vas-y pour te réchauffer avec un shot ^^

    En tout cas, merci beaucoup de braver les interdits pour nous faire partager tes souvenirs car les petits musées dans le genre cabinet des curiosités, je n'avais jamais vu :)

    Sinon, comment je peux faire pour suivre tes folles aventures? :/ J'ai pas trouvé le moyen :(

    1. Je ne savaia pas qu'il y en avait un beau à Liège,je suis passée récemment par la belle gare en plus,si j'avais su! Je vais aller me renseigner! C'est un peu un rituel pour moi d'aller voir l'aquarium et un cimetière des grandes villes, certains font critiques gastronomiques,je me lance dans le guide de l’aquariophilie et la thanatologie (?).

      Suivre comment ça? Tu me parles du suivi Blogger? Je me demandais justement si ça valait la peine de l'afficher et que certains seraient plus contents d'avoir cette application sur le blog,c'est ça que tu recherches?

    2. 'faudra que tu sortes un guide un jour ;)

      Oui, c'est suivre ton blog que je veux dire ; je m'exprime toujours comme si tout le monde savait ce que j'avais en tête, désolée =D (et non, je ne veux pas que tu m'emportes dans une valise la prochaine fois… quoique *_*). En fait, je pensais qu'on savait le faire même si tu n'avais pas affiché l'option sur ton blog, via le profil par exemple, mais non. Personnellement, je trouve que ça vaudrait la peine vu que tu as pas mal de gens qui commentent.

  9. Si je peux me permettre, je pense que c'est l'enchaînement de petits soucis et une malchance prononcée qui ont malheureusement impacté aussi négativement ton opinion de la ville. En tant que provinciale habitant maintenant à Paris, les remarques du genre "les parisiens sont tous hautains", ou "Paris est moche" me dérangent un peu. Pas que je sois absolument amoureuse de la ville, loin de là, mais je tiens à rendre justice à notre capitale. De toute façon, la majorité des gens habitant ici ne sont pas de purs parisiens, et je suis intimement persuadée que ce qui les rend légèrement stressés et donc désagréables, c'est juste le manque de temps. (En passant, évite le Black Dog, ça ne ferait que confirmer cette mauvaise image de la foule parisienne. Si tu veux un bar vraiment sympa, pas vraiment underground mais plutôt geek où tous types de sous-cultures se rencontrent, essaie plutôt Le Dernier Bar Avant La Fin du Monde, situé lui aussi à Châtelet. Sinon, y'a aussi La Manufacture, pas très loin de Pigalle)
    Et puis, Paris n'est pas moche. Certains quartiers laissent à désirer certes, et je suis d'accord sur le fait que bien trop souvent on est envahis d'odeurs nauséabondes (et là on dit merci à la Mairie de Paris de ne mettre en place que trop peu de WC publics <= reproche numéro 1 des touristes), mais en globalité ça reste une très belle ville, et même après plusieurs années ici on peut toujours tomber sur une adorable impasse, ou un immeuble magnifique au détour d'une rue.
    Sinon, merci pour ce post (merveilleusement bien écrit comme d'habitude), parce que j'y ai découvert plusieurs endroits dont je ne soupçonnais pas l'existence, et que je me ferai un bonheur d'aller visiter. :)

    1. Lily,je pense effectivement que Paris n'est pas si médiocre que ça,cependant j'éprouve une certaine satisfaction à me lâcher sur le sujet ayant passé un si mauvais séjour. Ce que je reproche à Paris c'est surtout sa réputation largement surfaite, et cette prétention qui flotte un peu au-dessus de la ville, d'entendre des habitants exprimer avec un accent bourge à longueur de journée le mot "Paaaaris", comme si c'était une incantation magique que tu devais évoquer un maximum dans la conversation,et bien sûr tous les petits déboires que j'ai expliqué que tu as lu!

      Maintenant, même si j'ai bien sûr exagérément pimenté le contenu d'un point de vue négatif,ce n'est quand même définitivement pas une ville pour moi,presque rien ne m'y convient et ce n'est jamais un plaisir de m'y rendre. Maintenant pour te dire,je suis la seule personne que je connais qui a détesté New- York, et je pense que les raisons de mon dégoût sont identiques,il faut que je m'oriente vers d'autres destinations sans doute plus aérées et plus inspirées pour y trouver mon bonheur!

      Je suis quand même contente d'y avoir découvert certaines choses, et je pense que m'y rendre au début des soles-vacances n'était pas le choix le plus judicieux! Le bar que tu m'évoques me fait penser à un bar londonien du côté de Camden Town qui s'appelle "The world's end".

      J'espère que tu n'auras pas été trop blessée par certains commentaires, ce n'était l'intention de personne, je crois juste que certains comme moi ont vécu une expérience moyenne de la ville y ont trouvé un terrain de jeu où ils pouvaient y lâcher un peu de leurs rancunes face à une ville qui promettait beaucoup plus!

  10. Bon dieu ce que je te comprend ! Ton article m'a permis de survivre au milieu d'une journée bien triste rythmée par des pluies incessantes !

    Quand je dis "Je te comprend" je parle bien sure de Paris et ses désagréments : Le métro qui stress, les gens complètement mal poli voir désagréables (Ceci dit l'un va souvent avec l'autre), bref. Après réflexion, je me dis que Paris ça doit vraiment être cool quand on y est avec un Parisien pur souche, qui connait les bons lieux, qui a une horloge parisienne en tête tout en restant relax, enfin bon, ce quelqu'un n'existe pas je suppose !

    Ceci dit, et comme j'ai pu le voir dans les commentaires plus haut, tes photos donnent quand même envie d'aller faire un tour dans quelques endroits ! J'aimerai bien aller au musée Dupuytren, qui m'a l'air assez mystérieux et intriguant !

    Pour ma part j'ai (malheureusement) du passer par Paris ces derniers jours, mais uniquement pour prendre le métro, et j'avoue que je ne faisais pas ma fier en cherchant la (putain de) ligne 14 !

    Bref, encore une fois très bon article, au plaisir de te lire !

    1. Je crois que tout voyage est probablement plus agréable et reposant quand tu ne dois pas te charger de l'organisation et quand tu n'as pas le poids des essentiels sur le dos que tu peux laisser dans un endroit sûr sans craindre de ne jamais les retrouver dans un hôtel merdique!

      Heureusement que les photos ont sauvé un petit peu mon témoignage assez navrant,si je n'avais pas ramené de belles images, l'expérience aurait été nullissime jusqu'au bout! Je suis contente qu'il t'ait plu,et merci de laisser ta petite trace par ici!

  11. Décidément, t'as pas eu de pot, j'avoue avoir un peu ri à tes dépends, (j'aime beaucoup les passages sur l'hôtel). En ce qui me concerne, j'ai pas la même approche de Paris, chuis un peu (trop) bon public, j'ai tendance à tout pardonner… à mon avis Paris c'est plus agréable quand t'as rien de prévu, tu te promènes aux grès de tes envies, trankilou, après voilà c'est sûr que quand tu fais le voyage exprès ça fait chère la bonne balade.
    Nous on va bientôt pouvoir comparer en tout cas puisqu'on débarque sur Bruxelles quelques jours cet été. GNEHEHEHEHE. Ca va tailler sec, tu l'as bien mérité. :] ('fin bon je pense que je vais ramer pour prendre d'aussi chouettes photos)

    1. Je suis sûre que c'est ta femme qui fait le programme de vos voyages (non?)!
      C'est pour ça que tu es bon public,tu n'as aucune attente spécifique de l'endroit où te rends, en te laissant bercer par le courant sur place.
      Les filles sont souvent le contraire,elles endossent toutes les responsabilités et les garçons ont un sourire béat aux lèvres en s'en foutant complètement d'où on peut bien aller (du moins ceux que je connais).

      J'aimerais bien être un garçon qui ne se soucie de rien,ce serait vachement plus reposant,surtout lors d'un city trip dans "la ville lumière".

      Tu ne pourras jamais tailler sec sur Bruxelles mieux que moi mon cher, je subis cette ville tous les jours et il n'y a pas une semaine sans que je rentre en hurlant "PLEIN LE CUL, C'EST DÉCIDÉ, ON DÉMÉNAGE!" Bon après je pense au changement et tout les efforts que je vais devoir fournir,et je deviens fainéante.

      Vous avez de la famille, des amis là-bas? Ou alors vous avez perdu un pari? Parce que si ce n'est pas le cas,je ne comprends pas votre choix de destination. Quand je passe devant le Manneken Pis et que je vois tous les étrangers qui sont là je ne peux m'empêcher de me demander "POURQUOI?", quand je vois des gens prendre la Bourse en photo : "POURQUOI?", et des espagnols me demander où se trouve la grand place: "POURQUOI?".

      Donc "pourquoi"? Si,si ça m'intéresse les gens qui s'aventurent dans la jungle humaine avec optimisme,c'est fascinant.

      (Blague à part,si vous manquez d'idées,ce qui à mon avis n'est pas le cas,je réponds présente pour essayer de me creuser les méninges et vous balancer quelques lieux peut-être un peu moins mauvais que les autres…)

    2. MAIS NON ! En général c'est moi qui prend les choses en mains et qui ais tendance à dire "alors on ira là et là, en plus ça a pas l'air loin à pieds" (sauf qu'en réalité il faut compter 3h de marche of course)
      Pour Bruxelles, tu me fais peur, en fait non, on connait personne là-bas, on voulait juste faire un séjour à l'étranger pas trop loin cette année, et on connait absolument rien à la Belgique, donc ça s'est fait un peu par hasard, on a toujours voulu faire un tour là-bas (et j'te mentirais si j'te disais que le musée Magritte n'y est pour rien… entre autre).
      On reste 3-4 jours en tout donc si t'as des trucs sympas en tête hésite pas (surtout si c'est du genre de ce que t'avais prévu à Paris) !

      Ps : Les gens écrivent toujours d'aussi longs commentaires chez toi ? C'est la première fois que je vois ça. :D

      Pps : En ce qui concerne les plans pour Bruxelles, je pourrais te filer mon mail si c'est plus pratique, tu me dis. En tout cas c'est cool de ta part (avoue tu regrettes déjà ^^)

    3. Connais-tu cette application fascinante nommée Google Map dont une des fonctions est de calculer le temps entre chacun de vos déplacements pour assister les piétons lors de leurs déplacements dans un autre pays? :D

      C'est une technique psychologique pour Bruxelles,je te dis tellement que c'est horrible que tu vas trouver la ville pas si mal que ça quand tu t'y rendras.

      Le musée Magritte est sans doute une des seules activités de Bruxelles qui vaille la peine! J'ai été assez surprise de découvrir une partie de son oeuvre plus sombre et méconnue dans un contexte très intimiste, ça vaut la peine,c'est un bon choix!

      Ps: Ici on commente en fonction de la longueur de l'article,c'est une règle à laquelle il ne faut pas déroger! Blague à part,je crois que j'ai la chance d'avoir des lecteurs autant axés sur la discussion et le partage que moi d'où les énormes tirades que 'ai toujours grand plaisir à lire!

      Pps: ça ne me dérange pas de le faire ici,sauf si tu préfères que je le fasse par mail,c'est comme tu veux! Il faut juste me laisser le temps d'y réfléchir un peu puisque j'ai beau y penser,je n'ai malheureusement pour le moment pas grand chose à proposer!

    4. Le problème de l'itinéraire à pattes, c'est que c'est toujours avec la bonne carte papier en mains que je fais pronostics de distance so… :]

      Sinon, je t'avoue qu'on a pas trop regardé encore ce qui est possible de faire à Bruxelles, on va sans doute potasser ça dans les semaines qui viennent. Mais je pense que tu peux au moins me dire où manger la meilleure frite de la ville ? :D (et accessoirement si y a des bars sympatoches (oui oui sympatoche))

    5. BON! Voici donc tout ce que j'ai pu trouver d'éventuellement envisageable lors d'une visite à Bruxelles:

      Le plan :

      http://tinyurl.com/cmpjf8s

      Les "musées" :

      A – Le musée Magritte. Vous risquez de rien piger d'où se trouve l'entrée. C'est normal.
      Juste à côté il y a le musée des instruments de musique. Beaucoup de gens estiment que c'est un musée superbe,je m'y ennuie personnellement à mourir,mais bon j'ai 24 ans et je suis sans doute blasée.

      B – Le musée du slip. Je n'y suis jamais allée. Je me dis que le propriétaire doit sans aucun doute être plein de perversités pour tenir une collection pareille, donc si vous vous sentez parés pour l'aventure,faites gaffe à vos sous-vêtements.

      http://www.ladepeche.fr/article/2009/06/28/631070-le-musee-du-slip-derniere-experience-surrealiste-a-bruxelles.html

      C – Le magasin du temple de la bière. C'est à mon goût très pourri et poussiéreux, mais bon je ne bois pas le breuvage doré et je sais que plein de gens s'émerveillent de l'établissement,donc je signale à tout hasard.

      D – E Le musée d'art fantastique. Collection éclectique et bizarre d'un indépendant, puisque le tout se trouve dans une grande maisonnée,ce n'est pas un grand musée touristique à proprement parler. Je lui trouve un certain charme même si le manque de moyen se ressent clairement. Dans la même rue, vous avez la Maison Horta, attraction phare du touriste de base,vestige de l'art nouveau en Belgique. Ça coûte cher,tu ne peux pas prendre de photos,tu fais le tour en 5 minutes et quand j'y suis allée,le personnel était super désagréable. Mais bon,heureusement c'est joli, même si ça ne vaut absolument pas le prix scandaleux réclamé pour y jeter un oeil. Ces deux musées sont assez en dehors du centre,donc un peu de trajet si ces choses-là vous branchent!

      http://www.fantastic-museum.be/

      http://www.hortamuseum.be/

      Pour les "dégustations":

      F – Maison Antoine à la place Jourdan : décerné grand gagnant de la frite par tous ceux qui s'y sont rendus,j'approuve également. Ce n'est par contre pas du tout dans le centre,il n'y a pas grand chose alentours comme divertissement et tu dois manger dehors sur les bancs,donc pas idéal en cas de pluie,de grêle ou d'attaques de sauterelles. Je ne sais pas si vous êtes amateurs de pomme de terre pour aller jusque là-bas,mais j'aurais été honnête sur le top du top!

      http://www.maisonantoine.be/

      G – Ninjahouse : mon restaurant favori parmi tous. Sushis et autre mets divers A VOLONTÉ. C'est plus intéressant à plusieurs et il faut quand même un petit budget (25 euros le soir), au cas où vous voudriez vous faire un gros plaisir un soir.

      http://www.ninjahouse.be/

      H – Anata : le fast food de l'asiatique(j'espère que vous aimez la nourriture de ce coin géographique ,parce que je n'ai quasiment que ça à vous proposer!), les serveurs sont désagréables, quand c'est le rush il y a tellement de monde que tu peux presque entendre les conversations des personnes à l'autre bout de la salle. Tu y manges cependant assez bien pour moins de 15 euros (leur gros point fort sont les combox), et le lieu est relativement mignon.

      http://www.ponpokopon.net/resto/anata.html

      I – Kabuki : petit train de sushis très bons à volonté, lieu classe, personnel à ta disposition. Le train n'est disponible que pendant certaines heures et est moins cher le midi que le soir (il me semble!) Ces trois asiatiques sont en plein centre ville, à deux pas de la bourse et près de la grand place, sans doute le périmètre dans lequel vous risquez de vous trouver le plus souvent.

      http://www.restaurant-kabuki.be/

    6. Les bars

      J – Le Dali's bar : bar inspiré du peintre Dali,je n'y suis jamais allée,mais à chaque fois je me dis que ça a l'air cool (mais peut-être pas!). Je crois qu'il ouvre cependant assez tard…

      http://www.leguideregisetfrancis.be/bar-96-dali,,s,bar.php

      K – Rock Classic : bar des amoureux du rock,des derniers gothiques de Bruxelles et des metalleux. Prix abordables et bons cocktails,ambiance intimiste et sympa,lieu cool et tu as quasiment toujours de la place…j'ai entendu que les meilleurs barmans n'y sont cependant plus et que peut-être le bar va disparaître dans le futur,j'espère donc que l'atmosphère et la qualité des breuvages y est toujours intacte depuis ma dernière visite ( le liquid cocaïne avec alcool est très bon, et les deux qu'ils proposent sans alcool aussi!)

      http://www.rockclassic.be/

      L – Le cercueil : le seul bar vraiment insolite de Bruxelles,dans une rue qui donne en plein sur la Grand Place. Le décor est très cool,du moins si tu as un petit attrait pour le côté sombre (cercueil, crânes, lumières noires…), c'est cependant assez désert jusqu'à une certaine heure, tu évites donc de gueuler tout ce qui te passe par la tête et les prix sont assez élevés pour un choix moyen.

      https://www.google.be/search?hl=fr&client=firefox-a&hs=jM2&rls=org.mozilla:fr:official&q=bar+le+cercueil&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_cp.r_qf.,cf.osb&biw=1252&bih=530&um=1&ie=UTF-8&tbm=isch&source=og&sa=N&tab=wi&ei=EkoMUO73D8mM0wWIs7TPCg

      M – La fleur en papier doré : café où les surréalistes se rencontraient pour débattre du mouvement et de leurs idées, puisque vous semblez apprécier Magritte, voilà la suite logique en quelque sorte du musée!

      http://www.lafleurenpapierdore.be/

      (voir aussi également le delirium café, le celtica…)

      Autres:

      N – La cinematek : cinéma avec des projections de films plus anciens, à 3 euros la séance (pas cher,pas cher!), donc si jamais un soir vous manquez d'activités, vous pouvez toujours consulter le programme en espérant y trouver quelque chose qui vous plaise (attention cinematek/flagey sont des endroits différents!)

      http://www.cinematek.be/

      O – La place du jeu de balle : grand marché de breloques et de grand n'importe quoi, parfois intéressant le dimanche matin quand on s'emmerde profondément (c'est tous les matins sinon avant 11h environ). Ne pas avoir peur de se faire bousculer parmi les petits vieux et se faire accoster par les "vendeurs" qui t'oppressent pour acheter leurs merdes, la rue qui joint la place et le skatepark est plein d'antiquaires étranges (dont l'un avec un immense carrousel à l'intérieur). Le matin n'est généralement pas un problème,mais ce n'est quand même pas l'endroit le plus charmant de Bruxelles : vieux bouseux et jeunes "skatteurs-squatteurs" si vous retournez vers le centre ou le Sablon.

      Je pense que vous découvrirez toutes les autres choses par vous-mêmes en tombant d'une manière ou d'une autre dessus,comme les rues marchandes,le manneken-pis, les milliers de chocolatiers, la galerie de la reine, les toilettes-aquarium de la galerie Agora, le dernier magasin rock sur pied à côté de la rue aux pitas…

      Enfin,voilà,j'ai fait de mon mieux,je le jure!

  12. Tain mais tu gères tellement ! :')
    Concernant le musée du slip, rue des Renards, je crois que c'est un signe, vraiment.
    En tout cas, c'est super sympa de ta part, j'imprime direct, j'te fais une totale confiance aux vues de ce que j'ai pu voir chez toi. On te fera un compte rendu détaillé à base de Popopo, à charge de revanche si un jour tu viens jusque dans not' coin vendéen (en même temps pourquoi viendrais-tu te perdre là bas pour aut'chose que le Hellfest (oui, non, c'est pas en Vendée mais c'est PAS LOIN)). o/

    1. Uhuhuh,j'espère que vous serez pas trop déçus de la ville!
      N'oubliez pas votre masque à gaz,et de faire tous les vaccins recommandés pour ne pas choper la débilité ambiante qui plane sur la ville,au passage.

      VOUS HABITEZ PRES DU HELLFEST?!!! Carrément jalouse.

  13. Haannnn, la vie de paris une ville composer que de connard, je suis Breton pour ma part je me suis tres peu rendu dans cette capitale, il doit avoir de sacrée monument a voir mais pour ma part Paris moin ji vais mieu je me porte, je préfère largement ma région La Bretagne ^^ en tout cas j’espère que votre périple vous a au moins pas déçu ^^ vu les photo je pense que non je savais même pas qu il avais de beau cimetière ^^
    mais sérieusement en France il y a mieux la Bretagne ^^

  14. Tiens c'est bizarre de constater a quel point cette ville peu hérisser le poil de tant de gens ^^ / Mon dernier périple: 1 semaine, fut un échec critique. ce qui m'a le plus fait chier, c'est la propension des parisiens a repérer dans le décor les "provinciaux" et leur lancer des regards entendus. je me souviens d'une nana dans un bar qui m'a pointé du doigt a la minute ou j'ai ouvert la bouche en criant: "T'es du sud!"
    Aargh, et ?… Sinon y aussi le bouffon qui m'a hurlé dessus parce que j'ai pas "tenu ma droite" dans l'escalator.