« I WAS ROCK BEFORE IT WAS COOL »… SHUT UP!

Sur la plupart des blogs que je suis pour le moment, il y a un gros débat qui fait rage ces derniers temps : celui de l’exploitation de l’imagerie et de l’univers rock/metal dans le monde de la mode, sa présence grandissante dans le milieu mainstream, l’amertume que la plupart ressentent face à cette standardisation d’un mouvement qui vantait pourtant l’opposé, et le dégoût de voir pulluler un tas de gamins aux personnalités factices et empruntées sans avoir le background nécessaire (une phrase plus frenglish tu meurs.)

J’ai lu tout ce que vous pensiez sur le sujet, ça m’a fait beaucoup réfléchir, sur tous les avis postés, parfois je suis d’accord, parfois non, et puisque le débat est passionnant et qu’on ne s’en lasse pas, je me suis dit qu’y apporter une nouvelle pierre à la discussion permettrait peut-être d’emprunter des chemins de pensées différents. Ou pas. Je tiens à préciser que ce qui suit n’est en rien moralisateur (en fait si ça l’est) et ne représente aucune forme de jugement, que je ne vise personne et j’insiste sur ce point mais qu’il s’agit d’une réaction face à un état d’esprit général, pas besoin donc d’aller dépoussiérer votre poupée vaudou ou de me lancer des avada kedavra si un jour je croise votre chemin.

Avant toute chose, vous êtes des putains de fakes, tous autant que vous êtes. Les personnes que vous dénigrez dans la rue parce que leur pâle copie de votre look est le reflet d’une tendance actuelle, et que celui-ci relève à vos yeux plus d’un costume qu’une appartenance réelle à un mouvement qui les dépasse, sachez que quelqu’un d’autre pense exactement la même chose sur vous quand il vous croise. La quête de l’authenticité est donc complètement aberrante, puisque vous-mêmes vous ne correspondez pas aux critères nécessaires de ce que doit être un « goth », un « métalleux », un « punk », « une chèvre » selon les standards de quelqu’un d’autre. J’ai compris ça quand j’avais 16 ans, je trouvais que l’autre fille en marge de mon école avait l’air con parce que je voulais avoir le monopole du seul énergumène du bâtiment, et la même journée j’ai croisé une vieille gothique à chien qui pue me hurler que j’étais moi-même une poseuse. Elle était vraiment très moche mais sur le coup elle avait pas tort et elle s’est pas rendue compte que c’était son cas aussi, ça m’a fait grandir d’un coup.

On est tous des imposteurs, vous et moi. Les efforts mis en oeuvre pour essayer de prouver le contraire soulignent deux choses à mes yeux : de l’insécurité et de la malhonnêteté. De l’insécurité, parce que si vous étiez réellement convaincu de ce que vous êtes, vous ne passeriez pas la majeure partie de votre temps à tenter de le démontrer et le justifier. Quelqu’un qui a besoin d’inculper les autres pour se sentir exister est juste en proie à sa propre instabilité. Alors, oui, je sais que c‘est agréable d’avoir l’illusion de penser qu’on est unique, créatif, original et différent, c’est un sentiment tellement puissant qu’on se sent constamment obligés de le revendiquer.

On est pourtant tous le résultat de quelqu’un d’autre, rien en nous n’est particulier. Nous sommes le condensé d’une somme d’influences différentes établies depuis des décennies par des personnes qui en ont probablement chié plus que nous pour les imposer, et c’est uniquement de ça que nous nous sommes forgés, nous n’avons rien inventés. Vous vous abreuvez des excentricités et du savoir des autres, mais personne ne peut s’abreuver de vous, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. Des gens vous ouvrent la voie, mais vous voulez qu’elle ne s’ouvre à personne d’autre, vous êtes des personnes sympas dites donc! Altruistes et pas du tout égocentriques, c’est bien. Heureusement que le mouvement culturel auquel vous vous identifiez ne repose pas sur votre gueule, parce qu’avec une mentalité pareille il serait déjà éteint depuis quelques années.

Alors oui, oeuf corse (Eli, sors de ce corps!), vous avez le droit de trouver que les autres sont tous des cons ingrats sans consistance et de penser que c’est de plus en plus coriace de les déceler. Mais bordel à bites, en vous basant sur des aspects physiques et des vêtements vous êtes aussi débiles que les gens dont vous vous moquez et dont vous essayez en vain de vous éloigner, vous reproduisez le même schéma que vous dénoncez quotidiennement chez autrui, vous êtes de nouveau des esclaves textiles, des créateurs de votre propre conformité. Vous êtes comme les petites vieilles dans le métro qui vous jettent des regards perçants sur votre manière d’être fringuée, sauf que vous êtes encore pire parce que vous agissez de manière toute aussi superficielle sur des gens qui sont en plus habillés comme vous. Et qui veut être une petite vieille, hein?! Pas moi.

Si quelqu’un mérite votre exaspération, ayez un peu de respect et de standards envers vous-mêmes en vous basant, je sais pas moi, par exemple sur ses principes, ses références ou encore sa manière de penser. Le monde entier peut être habillé en métalo-grunge, se teindre les cheveux de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et headbanger dans le bus pour ma part, j’ai confiance en mon bon sens, ma jugeote, mes expériences passées et mes instincts, je crois savoir déceler sans problèmes lors d’un bref entretien un loup dans un costume de mouton. Ou plutôt dans ce cas-ci, un mouton dans un costume de loup…

Rednecks kicked the shit out of punks, punks kicked the shit out of mods, mods kicked the shit out of skinheads, skinheads took out the heavy metal guys, and the heavy metal guys beat the living shit out of new wavers and the new wavers did nothing. What was the point? Final summation? None.

SLC PUNK

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par le symbole *.

32  commentaires

  1. Je partage totalement ton avis sur cette recherche constante de l'authenticité.
    Dans toute cette mode un peu rock, gothique ou je ne sais quoi, il y a une chose qui me plait bien : Pouvoir trouver plus de fringues et accessoires que j'aime à prix abordable et dans des boutiques qui me sont accessibles.
    Parce que bon, comme c'est la mode en ce moment, on en voit partout, ça m'évite de me ruiner sur des sites web hors de prix, ou simplement de baver devant car je n'ai de toutes façons pas les moyens.

    En revanche, ce qui me gène vraiment, c'est de voir des gens porter des trucs qu'ils critiquaient avant, tout fièrement.

    Croiser une nana qui me critiquait quand j'étais au lycée, avec un look légèrement similaire au miens de l'époque, ça me rend assez aigrie, haha…

    1. J'essayais de trouver un exemple dans mon entourage de personnes qui étaient revenues sur leurs propos et qui s'habillent maintenant selon un courant qu'ils ont critiqués, mais pas moyen! J'ai beau chercher, tout le monde trouvait ça sympa à l'époque scolaire en ce qui me concerne ou alors posait des questions poliment. A part d'inconnus et de ma famille je n'ai pas vraiment eu de retours négatifs et ayant coupé les ponts avec la majeure partie des personnes que je connaissais à l'époque, je ne serais même pas au courant s'ils avaient retourné leur veste…et c'est tant mieux puisqu'apparemment c'est ce point-là qui semble taper sur le système de beaucoup…

    2. Disons qu'à l'époque du lycée je n'étais pas très bien en plus, j'ai du mal à avoir confiance en moi et les remarques des gens me blessaient bien plus qu'il ne le faudrait. J'avais du mal à être moi même et oser le montrer. Du coup croiser quelqu'un qui m'a fait souffrir à l'époque avec un look sur lequel elle s'appuyait pour me rabaisser, me blesse un peu.
      C'est surtout ça qui fait que je me sens pas au top face à ce point là.

      Mais après je suis ravie de cette "mode" pour faire mon shopping lol.

  2. Personnellement, je n'avais pas encore entendu parler de ce débat (parce que je suis toujours à la ramasse), mais c'est tout de même quelque chose qui me tourmentait lorsque j'ai vu apparaître, comme par magie, toute sorte de fringue à l'esprit plutôt "rock/punk" dans les grandes chaîne de magasins et sur toutes ces personnes qui semblaient suivre la tendance. Après les fringues : les cheveux multicolore, comme si c'était banal de se trimbaler avec une jolie touffe rose sur la tête. A vrai dire, je m'étais déjà interrogé sur l'origine de cette "mode", je ne l'avais pas vraiment vu venir. Faut croire que les quelques artistes ultra commerciaux à l'esprit un peu "déjanté" et d'une "originalité" bien apparente -à l'époque- ont suscités l'inspiration de leur publique. L'inspiration, c'est c'qu'ils croient, mais aucun d'eux n'a créé quoique ce soit, bien entendu. Bref.
    On a alors pu voir sur les réseaux sociaux des pages qui arboraient fièrement des noms tels que "Overdose de style" qui résumaient à la perfection cette tendance et qui revendiquait son originalité (bin voyons…). Forcement, comment répandre à une vitesse incroyable une quelconque mode ?
    Alors oui, ces gens exhibent désormais un style -autrefois critiqué- avec une facilité inqualifiable, ils assument ce qu'ils sont et tant mieux ! Mais quel être vivant sur terre peut se permettre de leur reprocher cela ? Qui peut prétendre être à l'origine de ce style ? Et la question qu'il faut poser à ces gens qui critiquent le comportement dont ils font aux-même preuve est : Si vous étiez le seul habillé ainsi, oseriez vous sortir dans cette tenue ? Et puis, auriez vous eu l'idée ? Vous qui présentez le profil parfait du mec qui autrefois aurait pu critiquer cet univers là.
    J'espère que mon message n'est pas trop confus… Difficile d'exprimer son point de vue lorsqu'on a l'habitude de se taire.

    1. Non ce n'est pas confus, les dernières questions que tu poses sont très pertinentes je trouve et méritent de s'y attarder! Et puis je suis désolée de te mettre au courant de trucs dont on se passerait bien!

      Tu me fais penser à ma soeur quand je lui annonce par exemple que quelque chose qu'elle adore est critiqué vivement par certaines personnes ou dans certaines sphères d'internet, elle n'est pas alerte du tout de ces choses sans intérêt et elle en est bien plus heureuse comme ça, dans sa bulle, loin de toute pensée néfaste.

  3. Je trouve ton article intéressant puisqu'il répond un peu à ce que tu peux trouver sur mon dernier article, même si le tiens y va…fort.
    Je pense que le soucis n'est pas tant de rester la plus géniale, ou le plus goth de sa catégorie, mais de voir que ceux qui avaient tendance à la critique facile se laissent maintenant librement aller dans un style proche du siens, en l'imposant comme génial quand jadis il était "abominable".
    Comme toujours la question du regard sur autrui et la place que l'on prend vis-à-vis d'autrui est essentielle, et je suis la première à soutenir que chacun a le droit de mettre sa personnalité en avant à travers des bouts de tissus, ou même de s'y cacher.
    ( Là tout le débat que j'ai commencé avec "The Heartsless Witch"en commentaire sur mon article).
    Je te trouve donc très juste lorsque tu évoques la place que l'on peut occuper pour d'autre dans de telles fringues, et que nous sommes donc tous critiquables puisqu'en étant dans " sa case", on peut très bien figurer dans une autre pour l'autre.
    Mais il ne faut pas confondre ceux qui se plaignent de ne plus être " les seuls", avec la blessure de s'être vu insulté par ceux-là même qui maintenant nous ressemble.
    Je pense donc que le débat tient plus du fait de " devenir après avoir été" que d'être.
    Pas sur que ça soit très clair…

    1. Je dois admettre qu'effectivement je n'ai pas vécu la situation que tu expliques ici : comme je l'expliquais dans les commentaires plus haut je n'ai pas d'exemple qui me vient à l'esprit de personnes ayant retourné leur veste à ma connaissance, et je comprends parfaitement votre agacement à toutes dans ce cas-là, même si je pense que jamais je ne pourrais "connaître" quelqu'un qui agit de cette façon dans mon cercle de connaissances parce que celle-ci aurait dégagé illico de mon périmètre vital.

      Le problème aurait été résolu immédiatement et ce genre d'énergumène aurait valsé à la poubelle de mon esprit dans la seconde qui suit. Si tu commences à t'emmerder et te tracasser de ce que font des gamins pas fini dans leur coin, ta santé mentale va pourrir en moins de deux et ce sentiment d'injustice te collera inutilement à la peau.

      Et puis je sais pas, je suis peut-être un vrai mec, mais bordel personne ne m'a insulté ou critiqué à part de sombres inconnus lorsque j'étais une vraie freak à l'école. Je sais que ça dépend des personnalités et que lorsque vient la confrontation la mienne a des allures de gros camion, mais je crois que plutôt que de se lamenter des agissements de sales mioches il faut leur imposer ton respect.

      Marche la tête haute, emmerde les tous, et les commentaires désobligeants cesseront et tes blessures inutiles aussi. C'est en donnant du crédit à leur manière d'agir que tu te laisses atteindre. Sur ce :

      http://www.youtube.com/watch?v=AkFqg5wAuFk

  4. hum… je crois qu'au delà de l'idée de "mode" ca en revient a RAF de ce que pense les autre.. je m'explique: tu choisi de t'habiller comme ca ou comme ci pourquoi? pour l'image que tu donne ou pour le ressenti que tu as dans tes fringues? Après ca peu etre chouette de trouver enfin des chose a pris abordable … la mode ca passe du coup dans quelque année quand ca sera repasser a autre chose tu aura toujours ton look avec des pièce qu'on trouve plus:p de toute façon moi je persiste rien de veau le DIY (tient encore un truc a la mode) pour rentre tes affaire unique, je dit affaire car a vrai dire l'habillement est une chose dont je me préoccupe peu (tant que ca me chauffe les fesses en ce moment) mais j'ai une vilaine manie a tout transformer et le rendre a mon gout…

    1. Non mais je vais me gêner, je suis carrément en train de faire des stocks de fringues pour ne pas me tracasser de ce que je vais trouver en magasin les 20 prochaines années :D! C'est marrant parce que je suis passée du DIY dans ma jeunesse parce que justement on n'avait que dalle pour nous les originaux, maintenant j'ai presque complètement laissé tomber cet aspect de chez moi parce que justement je trouve la plupart des choses que je veux à l'heure actuelle et sans doute un peu aussi parce qu'à part foutre des épingles de sûreté partout je savais pas faire grand chose :D!

  5. C'est vraiment gentil, merci pour ton commentaire ! :)

    1. Mais de rien!

  6. Amen! Perso je suis contente que les vêtements à clous et que le look biker soient à la mode. Je peux regarnir mon garde robe et dans quelques années quand tout sera passé mode bien j'aurais toujours mon garde robe pleine et je pourrais même faire les friperies! :)

    1. et j'Ai maintenant très très envie de récouter SLC Punk :(

    2. Moi aussi! Je me suis rendue compte que j'ai mûri sur mes opinions depuis et que la fin me semblera moins agaçante après avoir écrit cet article et que ce serait une bonne période pour le ressortir de son étagère!

  7. ; Moi franchement, j'en ai rien à foutre.

    Je ne me suis jamais sentie en adéquation avec ce monde, les looks me font gravement chié, je ne porte que du noir dans un soucis de sobriété, et qu'une fille arbore la même tenue que moi, ça m'est égal, qu'elle soit une TRVE GOTH ou non. Rien à faire. Ce ne sont que des fringues, que des allures, ça ne devrait même pas nous toucher.

    Comme tu le dis, personne n'est unique, du moins au niveau des influences, alors à quoi bon ? Je sais que je suis originale parce que mes goûts et mes choix sont comme tels, mais je ne suis pas unique, et mes fringues ne sont pas le reflet de ce que je suis, simplement mon armure au quotidien.

    Du coup, bien sûr que ces gamins qui critiquaient au lycée peuvent agacer, mais quoi ? Dans un an ça sera terminé, elles rangeront les boots et laisseront pousser leur sidecut, fin de l'histoire. Si ça énerve tellement, c'est parce qu'au final, les personnes qui sont vexées sentent qu'elles ont fait pareil avec d'autres personnes, à une époque donnée.

    Bref, ton article résume à lui seul ce que je pense de tout ceci.

    1. Exactement! Vu l'allure avec laquelle les tendances évoluent surtout ces derniers temps, on va se plaindre de ce phénomène tous les trois ans, et je ne vais pas attraper des cheveux blancs pour ce que font de leur vie des personnes dont je n'en ai strictement rien à cirer.

  8. Pour commencer j'adore le ton utilisé dans ton article, il est complétement de circonstance.

    Je ne comprends pas tellement ce débat, je n'ai pas l'impression d'une invasion de clones quand je marche dans la rue. Certes les bottes cloutées, les perfectos, les imprimés militaires et j'en passe sont partout dans les vitrines, mais je croise rarement des gens qui les associent à notre manière (bottes cloutées + doudoune ceinturée = comble de l'horreur). Je pense qu'être "underground" est surtout une question d'attitude, et bien qu'entièrement cloutée une pouf sent l'écervelée à plusieurs mètres.
    J'ai toujours l'impression d'être considéré comme un extraterrestre quand je mets un pied au boulot, quelle que soit ma tenue vestimentaire.

    Je suis beaucoup plus effrayée par les sous-cultures elles mêmes qui deviennent de plus en plus sages, mainstream et propres sur elles. Je ne me suis absolument pas sentie à ma place lors du dernier concert d'Amen Ra, un groupe que j'écoute depuis des années et que j'ai vu de nombreuses fois en concert. D'habitude le public lance âmes et tripes dans la fosse, cette fois-ci c'était mou et j'ai décroché plusieurs fois. Le public était banal dans tous les sens du terme, et si j'étais passée devant sans savoir j'aurais juré pour un concert de folk. C'est un sentiment que j'éprouve régulièrement dans les rares concerts qui me tentent encore. Il n'y a d'ailleurs quasiment plus de metal extrême sur Lille et environ puisque les salles étaient vides.

    J'ai un peu divagué je crois… Mais les dits "originaux" devraient arrêter de se regarder le nombril parfois pour se concentrer sur des choses un peu plus essentielles.

    1. Par le ton, tu veux dire "insulter tout le monde" ;-) ?

      Tu as mis les mots sur une impression qui dit tout : même dans des habits conventionnels, les cheveux sobres et un maquillage de circonstance, j'ai toujours l'impression d'être dévisagée comme une attraction de cirque. Je ne sais pas si c'est le cas, si c'est marqué au fer rouge sur ta peau sans que tu t'en rendes compte, mais ce que tu es transpire de tous tes pores et c'est ce qui me permet de cerner les interlocuteurs en face de moi, chasse le naturel il reviendra de toute façon au galop.

      Amen Ra passait pour une date chez nous l'année passé, le prix était un peu élevé pour ce qui était d'avantage de la curiosité de mon côté et le concert a vite été complet donc impossible de se décider en dernière minute! Je ne saurai donc jamais si j'ai loupé une belle prestation avec des suspension pendant le show… Soit! Je me souviens effectivement d'un des premiers articles que j'avais lu sur ton blog de l'époque où tu avais décris à la perfection ce qu'on ressent en concert et il y avait cette fameuse photo ensanglantée de son chanteur.

      Je vis un peu la même chose de mon côté, j'aimais beaucoup BMTH, le début était sombre, poétique, brutal et le public aiguisé, c'est devenu de moins en moins bien et ça a basculé dans la catégorie hipster mou… Je pense de tous les groupes que j'aime bien "let's never come here again because it will never be as much fun", et jusqu'à présent pour tous, à chaque fois c'était le cas et les concerts étaient de moins en moins bien.

    2. Amen Ra !
      premier et seul groupe à ce jour qui a réussi à me faire me sentir chaude à l'intérieur en les écoutant <3

  9. C'est très juste ce que tu dis dans cet article.
    Et j'aime beaucoup le gif avec la punkette ♥

    1. Merci petit lutin!

      Le gif vient de la série Freaks and Geeks, un épisode très intéressant sur un des héros qui devient punk momentanément pour plaire à une fille mais il finit par comprendre qu'il ne peut pas être quelqu'un qu'il n'est pas même pour plaire aux autres.

  10. Moi j'écoutais Tokio Hotel avant que tous les amateurs de rock disent que c'était de la merde parce que ça passait à la radio. J'écoute encore Tokio Hotel (même si je me cache un peu ^^)

    C'est tellement risqué de toute façon de prendre un style vestimentaire parmi d'autres, simplement parce qu'il nous plait, sans avoir la mentalité qui va avec ; ensuite c'est vrai qu'on peut aimer le cuir, les clous et les semelles ultra-compensées sans être anarchiste ou quoi que ce soit, le souci c'est que nécessairement, un style revendique pour la plupart une identité.
    Après chacun choisit, mais c'est vrai que le débat n'a pas lieu d'être : pourquoi mépriser la personne qu'on voit simplement parce qu'elle a l'air fake au niveau de l'adéquation style/mentalité ?
    J'avoue qu'une fois j'ai eu un rictus méprisant (et intérieur) en voyant une fille avec qui je trainais (avec qui on m'a forcé quelques temps à traîner) acheter une fringue. C'était/c'est une fille assez superficielle, pas trop esthétiquement parlant, surtout mentalement parlant, je crois qu'elle était absolument creuse (comme sa jumelle d'ailleurs…) ; elle passait son temps à dire qu'elle était une hippie, qu'elle était cool, elle prônait le Peace & Love à tout va… on va faire les boutiques, elle tombe sur un t-shirt sympa avec le symbole de l'anarchie… elle l'achète direct et le porte dans la foulée.

    Perso' je suis pour le mélange des genres ; je peux aussi bien porter du bracelet à clous que des barrettes à noeuds, sauf que je n'associe pas mon mode de pensée à qui que ce soit, ni quel mouvement que ce soit. Je ne suis ni unique ni originale parce que beaucoup pensent et agissent comme moi. Il faut porter ce qu'on a envie de porter, quand on a envie de le faire, mais laisser les autres tranquilles;
    (cela dit, j'estime qu'on a le droit de rire quand une niaise de première, qui te bassine depuis une semaine avec Bob Marley et ses chemises à fleurs, vient exhiber son t-shirt de punk anarchiste)

    Sur ce, je vais enfiler mon slim, mes chaussures de rando, mon pull de grand-père, et parcourir la campagne en me rappelant qu'en ville les gens me regardent toujours un peu de biais quand je suis habillée comme j'aime l'être… bande de citadins étroits d'esprit…

    1. En parlant avec mon copain de cet article, Tokio Hotel est aussi venu sur le tapis!

      J'avais cette amie qui n'arrêtait pas de dire que c'était de la merde et que tout ceux qui l'écoutait était des abrutis profonds, et je lui ai dit qu'à mes yeux elle avait tort et qu'elle devrait écouter quelques morceaux comme Schrei qui étaient vraiment très bons. Elle s'est foutue de ma gueule et 1 mois après elle retournait complètement sa veste pour dire que quand même le groupe avait sa part de charisme et elle a commencé à poster des paroles de leurs chansons. Elle avait ce genre de comportement récurrent à cracher sur les grosses cibles qui s'en prenaient plein la gueule sans remettre en question ce que ELLE elle pensait et parce que c'est plus facile de détester en groupe que d'oser dire que de te démarquer et remettre les choses en question pour finalement découvrir que c'est pas mal, après tout.

      Cette personne n'est pas restée dans mon entourage très longtemps, la force des choses a fait que j'ai dû mettre fin à cette amitié brutalement parce que ces personnes n'agissent que pour le paraître en pensant se singulariser et que tu vas ne jamais rien tirer de bon d'eux à part de la moquerie sur ce que tu es et puis de la frustration quand tu assistes à un retournement de veste flagrant qu'ils n'admettent même pas. A la poubelle, tous ces gens-là, je n'ai vraiment pas besoin de m'emmerder avec des gamins influençables qui ne sont pas terminés, un peu de force de caractère sacredieu!

      Je trouve aussi que toute cette histoire de visuels qui doivent correspondre aux genres est assez futile et qu'on ne doit pas concorder à ce qui s'y trouve dans le fond pour se sentir bien dans ses fringues. J'ai par exemple une passion énorme pour les fringues d'inspiration black metal, je les trouve esthétiquement énormes, mais j'ai peu d'affinité avec la musique qui s'y rallie. Et dans le metal, si tu mets un t-shirt d'un groupe dont tu n'es pas une groupie finie, tu te fais lapider si on s'en rend compte, c'est n'importe quoi…

      Je trouve que le mélange des genres est important, et je préfère largement des personnes aux influences diverses et variées que celles qui sont dans une case et qui n'aiment par exemple que le death metal, la conversation tourne vite court parce que son cercle d'intérêt n'est pas très varié.

  11. je souris en lisant ton post..
    et comme le disent d'autres en commentaires, ce qui personnellement m'énerve n'est pas tellement le fait qu'ils choisissent un mode d'habillement proche du mien (disons l'utilisation abusive de codes que j'utilise vestimentairement et capillairement parlant) mais le principe même que ceux qui l'adoptent m'ont insultée voir crachée dessus y'a cinq-dix ans de ça..

    j'en ai parlé à une pote qui s'était fait un peu casser la gueule par une minette style "fashion / racaille" parce qu'elle avait une partie du crâne rasé et qu'elle était habillée en noir et que maintenant quand elle se balade dans la rue, la moitié des nénette de ce look se montrent side cuttées et spikées de partout (anglicismes à deux balles aussi)

    Perso, je n'ai jamais considéré être un trou euh, une true, ni être l'unique, l'élue (je regarde trop Buffy moi là), mais c'est un peu agaçant de voir mes codes du quotidien réutilisés à outrance et surtout (bordel) SURTOUT avoir un mec style trop hiphop gangsta street bling bling dégueu me dire "wow t'es stylée" alors que d'habitude de la part des mecs comme ça j'ai juste un gros crachat qui tombe devant mes chaussures…

    quand j'étais au collège et les années après, dans les couloirs des écoles on chuchotait sur mon passage et certains ne voulaient pas me parler parce que je leur faisait peur, pourtant, j'avais "gavé" la classe ! hahahahahahahaha

    en fait, je crois que ce qui me dérange c'est vraiment le côté versatile des opinions des gens fashionistas sur ce qui est trop stylés-tsé et ce qui ne mérite qu'un haussement de sourcil hautain…

    (et je ne parle même pas de la tendance "je suis trop fan à fond des zombies ! zombies for ever.. vas-y j'kiffe les zombies, les zombies c'est trop cool .. parce que ça, c'est une autre histoire ! et mon putain de patch zombie qui a subi tant de critiques dans mon dos (patch dans le dos oblige) qui du jour au lendemain est devenu l'élément trop cool, génial, hey, je te fais un clin d'oeil parce qu'on partage les mêmes codes tsé ouaich bling for ever avec du zombie)

    1. Je comprends dans les grandes lignes ce que tu veux dire et je suis d'accord avec toi. Je crois quand même que c'est un raccourci énorme de mettre toutes les filles que tu croises dans le même sac parce que quelques-unes t'ont cassé les couilles à l'époque sur ton look,non?

      Maintenant c'est personnel, mais je préfère qu'on vienne me complimenter sur mon look que de tirer les cheveux dans la rue, même si c'est temporaire et éphémère. Moi aussi je suis fermée d'esprit sur certains groupes de personnes et certains styles qui m'inspirent d'avantage de pitié que de respect, je pense malheureusement comme le chantait Didier Super qu'il y en a des biens et que certains qui ne t'ont pas dévisagée sont heureux d'avoir eu l'occasion de vraiment se trouver.

      Pour l'univers zombie, est-ce qu'une fois de plus ce n'est pas de l'égoïsme? J'aimerais aussi que tout ce qu'il a de plus cool me soit réservé, dans les fringues, les bons films au cinoche, les bouquins, mais c'est normal qu'à un moment donné le reste du monde se rende compte que ce sont des registres qui valent la peine et qu'ils ont envie de découvrir et d'exploiter à leur tour.

      Quand j'ai découvert le metal grâce au néo à l'époque, j'avais une foule de personnes plus âgées et plus expérimentées que moi qui me riaient à la tronche parce qu'ils en savaient beaucoup plus long que moi sur le sujet et parce qu'ils estimaient que la manière dont ils se sont révélés dans le milieu était plus noble que la mienne qui me suis "trouvée" grâce à un effet de mode en voyant un clip à la télé.

      Est-ce que j'estime que j'ai moins de crédit aujourd'hui parce que je suis née grâce à une tendance que j'ai découverte sur MTV alors que tous les hardrockeurs se mordaient les doigts de voir leur genre préféré mis au goût du jour? J'estime que j'ai tout autant ma place et je pense que ceux qui vont émerger de cette nouvelle vague et le rester sur la longueur l'auront aussi.

      On était une dizaine dans le mouvement à l'époque, aujourd'hui dans mon entourage on est plus que deux, je trouve que c'est plutôt flatteur d'avoir l'occasion de te rendre compte que tu es quelqu'un de complètement intègre face au reste du monde, que tu n'as jamais été une blague influencée par des vagues de mouvements, et ça devrait booster ta fierté et ton orgueil positivement plutôt que de te ronger par l'amertume et voir tout ça négativement. Il y a de filles dans celles que tu dénigres qui vont peut-être évoluer comme toi, et même s'il y en a 3 parmi 300, je trouve que ça vaut le coup.

    2. c'est là toute la difficulté de s'exprimer sur le sujet.. :)

      En fait, ce qui m'embête c'est pas du tout qu'ils aiment des choses qui sont en commun avec moi, mais le fait qu'ils les aiment parce que maintenant, c'est LE code à aimer.. et que du coup, parce qu'il faut aimer, on aime.. c'est vraiment ça qui me "dérange", dans une société ou tout le monde se plaint d'être manipulé par les médias etc.. de se laisser berner de la sorte, c'est trop bidon.. s'il y avait un intérêt autre que d'avoir la classe coco, je crois que je trouverais le tout beaucoup moins futile et donc beaucoup moins agaçant..

      d'autant plus quand je vois marteler partout que le style goth – perfecto et studs – c'est ce qu'il faut porter maintenant.. alors que ce n'est pas du tout goth, c'est juste punk rock quoi.. tant qu'à réutiliser, autant le faire avec les bonnes références ^^

      pour les zombies, c'est pareil, je pense sincèrement que la plupart des gens qui sont soudain archi fans, qui me disaient encore y'a qqs années que eux, ils n'aimaient pas ça, et qui au dernier halloween m'ont contacté pour que je les maquille en zombies parce que c'est trop in.. c'est juste terrible !

      comme tu le dis, l'intégrité c'est quelque chose qui a une symbolique pour moi.. et adorer quelque chose, non pas parce qu'on l'a découvert hier et qu'on s'est dit que c'était vraiment cool, mais l'adorer parce que c'est "the way to be cool" ça me fait chier !

      bon, après ça ne me prend pas la tête au quotidien, je m'en tape un peu… mais c'est surtout cette histoire d’intégrité et de respect de soi-même… après, ils peuvent aimer tout ce qu'ils veulent, mais me transformer à tour de rôle en monstre de foire, en swag easy cool check meuf et finalement pour dans quelques temps me considérer méga has-been.. alors que je n'aurai pas spécialement changé c'est juste insupportable !

      pour ce qui est de confondre tout le monde dans le même panier, chais pas trop, au fil des dix dernières années, j'ai eu tellement de regards de travers par tellement de gens que j'ai fini par tous les confondre… et je me trompe rarement..

      perso, j'ai découvert le métal via les bandes originales de films.. du coup, pour les puristes du rock, je n'y connais rien (et c'est vrai) vu que je n'ai pas les "vraies" bases.. et qu'eux savent absolument tout de la naissance du rock, alors que moi j'ai vu matrix et cie pour découvrir tout ça..

      pour terminer sur ton dernier paragraphe, moi, ce qui me ferait plaisir dans ce triste monde tragique, euh, joli monde, c'est que chacun trouve sa manière d'être et s'y sente bien, même s'il faut pour ça passer par x looks et x métiers, mais juste arrêter de copier des styles parce que c'est tendance..

      (je sais pas si finalement j'ai été plus claire en fait ^^)

  12. Il faut que je te dise que je t'adore et que je t'admire et… Heu, je t'adore ! J'tai même cité sur Facebook, haha. ("Quelqu'un qui a besoin d'inculper les autres pour se sentir exister est juste en proie à sa propre instabilité.")

    J'aime faire ma groupie avec toi !

    PS: Pour la mia, on ne se verra malheureusement pas :( Je n'ai pas "le choix" que d'aller le samedi puisque je pars pour Berlin dans la nuit du samedi à dimanche à 03h du matin. (Oui, j'avais réussie à oublié ça.) Dommage, j'aurais aimé te voir ! :D Prochaine fois ! Mais Jeremy y sera normalement ! (Ou rien ne nous empêche d'un jour se faire un cinéma ou un truc du style… … Mais en fait je suis timide quand j'pense à ce genre de choses, haha. Oh, je pense à un truc ! T'aimes Linsday Stirling ?)

    1. Maudounette, toujours aussi gentille et flatteuse dis-donc! J'espère ne plus JAMAIS te croiser, tu me mets trop de poids sur les épaules, c'est plus facile de pousser des réflexions derrière un ordinateur que dans la vraie vie ou je vais me mettre à bégayer.

      C'est vraiment dommage pour la MIA, je me réjouissais de te voir! Qu'est-ce que tu vas faire à Berlin? Tu vas visiter le parc d'attractions abandonné et voir le planétarium détruit? Tu vas te faire tattooer par Peter Aurisch?

      Sinon je ne connaissais pas Lindsey Stirling et c'est dommage parce que c'est vraiment très beau, merci pour la découverte! Pourquoi? :)

  13. Mais oui, moi aussi je me réjouissais ! J'vais à Berlin avec l'école mais j'ai du temps libre certains jours alors peut-être que j'pourrais me trouver quelques activités intéressantes ! (Le parc doit être tellement cool à voir ! T'as des idées/bonnes adresses ?)

    Oh et bien contente de t'avoir fait découvrir quelque chose alors ! Bah tout simplement parce qu'elle passe par la Belgique (Enfin!) le 30 mai à l'AB et que Jeremy et moi, on y va. Donc voila, j'fais partager l'info si ça te dit ! :) (Et que c'est l'occasion de se voiiirheuuu !)

    Tu veux un p'tit cadeau de Berlin ? :B

    1. Eh bien je garde un souvenir très bizarre de mon séjour avec l'école à Berlin qui remonte à quelques années déjà, je trouvais que la ville avait une ambiance bizarre et on n'a pas pu sortir des sentiers battus donc je n'ai pas vraiment pu explorer ce que j'aurais voulu et j'ai pas trop de quoi te renseigner! Je me souviens d'un musée d'art moderne extraordinaire mais vous allez sans doute le voir avec l'école, sinon Atlas Obscura est toujours de très bons conseils dans ces cas-là :

      http://www.atlasobscura.com/search?commit=Search&location=berlin&page=1&q=&utf8=%E2%9C%93

      Et bien écoute, si il y a toujours des tickets disponibles quand je touche mes sousous, on ira avec plaisir les chercher si on peut aller au concert avec vous :) !

      Sinon, tu as pour mission de m'envoyer la plus jolie carte postale de la ville. Eh oui, c'est toi qui as proposé!

  14. Mais comme je suis d'accord avec toi! Quand j'étais plus jeune, j'étais les premières à hurler au "fake" dès qu'une personne initialement de la "même culture" que moi osait me dire qu'à côté de ça il aimait aussi écouter des groupes sur lesquels je crachais ouvertement car jugés trop commerciaux (Korn, Slipknot, P.O.D, etc…) mais ça, c'était quand j'avais quoi, 14 ans ? J'espère seulement que mon article sur la question ne m'a pas fait retourner malgré moi à mes premiers démons d'intolérance.
    Depuis le temps que je vais à des concerts et que je côtoie ce milieu, je me rends bien compte de 1) que les plus lookés ne sont pas forcément les plus sincères, de 2) que juger les qualités d'un groupe selon leur taux d'undergroundisme (j'adore inventer des mots) est totalement stupide, et de 3) qu'il n'y a rien de plus intolérant qu'un punk/metaleux/coreux extrémiste (comme ce mec à crête bleu que j'avais rencontré en soirée, et qui disait à qui voulait bien l'entendre "je hais les cheveluuus" sans qu'on ne réussisse à lui soutirer le pourquoi de cette affirmation).
    Aujourd'hui, je m'habille beaucoup plus soft qu'autrefois, je ne ressens plus le besoin de porter des collants à trous et des rangeo pour PROUVER que "hého! Bonjour! Je suis une métaleuse! Je suis mieux que toi parce que je suis différente!". Finalement, adhérer à un mouvement esthétique parce qu'il est en adéquation avec le genre musical que tu écoutes, en te privant peut-être de certains écarts parce que tu as peur d'être mal jugée par tes pairs, c'est être aussi esclave que toutes ces filles qui suivent la mode du combo perfecto/clous parce que cet esthétisme a finalement été ingéré par elles grâce aux magazines. Ça fait longtemps que je ne crois plus que le métal est une grande famille où tout le monde s'aime parce qu'on est tous réunis sous le même étendard musical. Des connards, y'en a partout, des personnes qui veulent se faire mousser aussi, il faut donc seulement éviter les généralisations au profit de l'introspection, mais réfléchir parfois, aller au-delà de ce qu'on nous offre tout prêt à gober, c'est dur.
    J'ai pas l'impression d'être très claire, je suis désolée >o<

    1. Non, je trouvais justement que ton article montrait justement une grandeouverture d'esprit et beaucoup de maturité face au sujet et qu'il ne semblait en rien montrer des "démons d'intolérance"!

      Il m'a d'ailleurs bien inspirée pour parler de celui-ci que j'avais besoin d'évacuer depuis un bout de temps, ça m'a fait repenser à la manière dont je me comportais au début de mon intégration dans le metal qui semble assez similaire à la tienne, on était probablement un peu connes et assez prétentieuses et je me suis dit que j'aurais bien aimé que quelqu'un me remette les bretelles en place quand je me regardais un peu trop le nombril.

      Même si je pense que d'un côté c'est un cheminement que tu dois peut-être accomplir seul et que la vie et les expériences te les apprendront forcément,d'un autre je vois des nanas de 30 ans toujours aussi hargneuses et susceptibles sur le sujet comme au premier jour et je me dis que ce serait bien qu'elles se réveillent aussi…donc je nage toujours un peu dans le doute sur le sujet.