SUMMER DIARIES #3: THE LITTLE OCCULT URBEX PROJECT

Jamais ne me viendrait l’idée de partir sans mon appareil photo lorsque débute une journée d’expédition urbex. Je me suis pourtant rendue à l’évidence, dans ce contexte et ces conditions, je ne casse vraiment pas des briques. Je n’arrive pas à capter l’atmosphère des lieux, je ne m’aime pas beaucoup ces derniers temps ce qui exclut pas mal de possibilités de mises en scène, mon oeil ne se renouvelle pas et mes compositions sont pauvres. Je constate quotidiennement le rendu d’un millier de personnes sur la toile qui font encore pire mais qui persistent comme moi à pourrir la bande passante mondiale de mauvais clichés. Je me dis souvent que tout ça sert à que dalle, et que si je n’ai rien à apporter de nouveau dans le domaine de la photo à part des images fades qui documentent mal mes périples, autant ne rien faire du tout. Je suis pour l’instant dans cette phase d’objectivité et d’auto-abandon, et laisser la tâche aux professionnels de transmettre la magie que je n’arrive pas à apprivoiser et m’essayer à d’autres approches, d’autres domaines qui seront qui sait, peut-être moins frustrants et plus fructueux, me semble pour l’instant plus raisonnable, même si je ne continue d’essayer et que je ne laisserai certainement pas mes souvenirs visuels s’estomper pour autant.
En photo, j’ai d’abord attaqué un autre angle, une composition sous forme de diptyque, en mettant en parallèle les textures et les matières avec les lieux auxquels elles correspondaient. Cela s’est très bien prêté lors de notre visite à la villa Wallfahrt où de superbes papiers peints d’époques ornaient plein de pièces différentes de la maison. Dans des contextes plus industriels c’est vite devenu répétitif et peu intéressant, cette piste était donc officiellement morte, même si j’aimais beaucoup cette approche qui m’obligeait à travailler de manière verticale, donc complètement différemment (une hérésie pour moi qui privilégie l’horizontal en toute circonstance, les clichés vont logiquement finir sur un écran pas dans un magazine),et qui m’obligeait à composer sous d’autres points de vue et à m’investir d’avantage en post production, ce que je déteste faire habituellement (je rêve de la photo parfaite sans retouche quelconque, pas du tout utopique et fainéant comme espoir).

VILLA WALLFAHRT

VILLA WALLFAHRT

VILLA WALLFAHRT

VILLA WALLFAHRT

VILLA WALLFAHRT

Ce qu’il fallait illustrer.

Puisque je ne trouvais pas de bon compromis en photo, je me suis dit qu’il faudrait peut-être que j’exploite d’autres « compétences », et que je me lance, pourquoi pas, dans une approche plus graphique. Je pourrais par exemple designer des petites broches qui feraient office de médailles d’urbexeurs que je laisserais en quantités sur place, mais n’étant pas moi-même une championne de l’aventure et légèrement touriste en la matière, je me suis dit que ce serait sans doute inapproprié, risible, et un chouiïa vaniteux.
Plus tard, je suis tombée sur la photo de ce panneau génial qui se trouve dans les environs de Bergen en Norvège, et je me suis dit que trouver des phrases percutantes à placer à des endroits stratégiques pourrait être une idée plaisante, puisqu’il m’arrive fréquemment de lire des tags intrigants. La plupart sont soit dégradants ou très laids, mais l’un ou l’autre me fait parfois un certain effet et me pousse à me poser quelques instants pour y réfléchir.

Panneau à Bergen, Norvège

J’ai pensé que je pourrais peut-être parvenir à faire quelque chose dans cette optique grâce au copain Sydney qui travaille dans l’impression de stickers et de vinyles muraux, et qu’avec son talent et son aide on pourrait  sans doute créer des très grandes banderoles de texte qui seraient détachables aisément, histoire de ne pas sombrer dans un quelconque processus de destruction. J’ai essayé de m’improviser rédactrice plusieurs après-midi, et mes minables tentatives de slogan ou de poèmes n’ont bien sûr abouti à rien de très concluant. Impossible de faire concurrence au « Don’t insult the witch« , qui frôle la perfection de la suggestion et de l’efficacité. Alors quand on ne peut pas mieux faire, vous savez ce qu’on fait? On pleure dans un coin en se fouettant avec des orties et puis plus on ne fait plus rien.
C’était jusqu’à ce que je voie la série True Detective et qu’au-delà de toutes les qualités qu’on puisse lui trouver, j’ai de mon côté été particulièrement happée par l’aspect land art exploité dans les nombreux lieux abandonnés que cette série peut proposer. En effet la majeure partie de l’aspect mystérieux et occulte de l’intrigue repose sur des symboles cabalistiques et quelques sculptures en bois. Un classique qui avait déjà eu beaucoup de succès dans Blair Witch par exemple et qui apparemment ne se démode pas, les gens sont apparemment profondément mal à l’aise devant une composition créée avec des branches. Allez comprendre. Nature is Satan’s church.
C’est l’illumination, la révélation que j’attendais, l’idée qui allait venir au secours de mon besoin de créativité inassouvi, j’allais disperser mon oeuvre et pouvoir moi aussi pisser tel un chien heureux de pouvoir confirmer son passage de manière ludique avec trois fois rien…

Pour le moment mes figures en bois sont assez basiques, fort bancales et peu abouties, mais j’ai déjà fait un pas énorme au niveau de la technique puisque je suis passée de trois heures à une demie-heure pour la confection d’un trio. J’espère pourvoir trouver du temps pour m’y mettre plus sérieusement et passionnément afin de pouvoir me lancer dans des formes géométriques plus complexes et inspirées. J’espère aussi acquérir des lots d’ossements prochainement pour pimenter un peu les structures.

Qu’on les écrabouille, les vole ou les arrache m’importe peu, j’apprécie juste pour l’instant le plaisir que j’éprouve à les fabriquer et la curiosité peut-être qu’elles pourront susciter. Je voulais juste apposer une carte de visite subtile mais cohérente sur les lieux que j’avais eu la chance de traverser et être une elfe qui témoigne à sa drôle de façon son amour des lieux abandonnés.Six d’entre elles sont dispersées aux quatre coins du néant pour l’instant, je regrette de ne pas avoir commencé depuis le début.

True Detetctive, totems en bois
Ceux qui ont vu la série savent que l’apogée de celle-ci se clôture dans un complexe abandonné assez impressionnant qui n’a rien d’un décor en papier mâché, mais qui est un lieu bien authentique répondant à l’appellation Fort Macomb, en Louisiane
Lors de nos dernières aventures d’explorateurs urbains, l’un de mes plus gros coup de coeur récemment fût le fort de la chartreuse de Liège qui a selon moi tout de Carcosa, mais en Belgique. Je n’avais pourtant pas beaucoup d’attentes de cet endroit puisque les forts et les charbonnages sont sans doute les spots qui me parlent le moins au premier abord, mais celui-ci m’a coupé les deux jambes.
Son immensité est d’abord très intimidante J’ai vraiment eu la sensation pendant quelques heures d’être dans un monde post-apocalyptique et d’être dans les derniers humains sur terre à parcourir la planète. Ce silence et ces dédales qui n’en finissaient pas, seuls dans cette immense plaine de jeux avec une très fine pluie qui ajoutait son petit brin de poésie et de mélancolie au drôle de climat dans lequel nous baignions, la magie s’est installée et mon coeur a fondu. La végétation était très présente, et frôler les hautes herbes mouillées avec ce bâtiment couleur rouille qui m’englobait en écoutant les bruits de la forêt sous un ciel gris chaud et pluvieux, c’était la transe, j’étais mon héroïne dans mon propre film dystopique.
Le fort de la chartreuse m’a vraiment séduite et hallucinée, si vous passez dans la principauté de Liège, c’est une balade urbex (très accessible) que je vous recommande sincèrement. 
 Fort Macomb, Louisiane
Fort de la chartreuse, Belgique
J’ai donc bien sûr beaucoup pensé à l’esthétisme de True Detective en parcourant ce labyrinthe qui faisait de l’ombre à son complexe en Louisiane, mais également au film Insensibles que j’avais vu il n’y a pas si longtemps. 
Avec toutes ces pièces parcourues qui ont servi à la fois d’hôpital et de prison, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement, et de repenser aux cicatrices de Berkano, dont j’ai cherché le fantôme de tunnel en tunnel. Mais dans l’air, étrangement, il ne restait qu’un étrange goût de cendre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par le symbole *.

19  commentaires

  1. Je valide ton idée des mobiles en bois.
    Et je ne suis pas d'accord avec ton point de vue sur tes photos. Ce qui n'évolue pas c'est le regard que tu portes sur tes clichés, pas tes clichés.
    Continues en tout cas, moi j'en veux d'autres ;)

    1. "Ce qui n'évolue pas c'est le regard que tu portes sur tes clichés, pas tes clichés."
      Une remarque brillante que je vais soupeser et un très grand merci au passage.

  2. Quand je vois tes photos d'urbex ça me manque tellement de ne plus en faire! :(
    C'est fou mais ce panneau quand je suis allée à Bergen ce printemps je l'ai vu, avec pas mal d'autres panneaux qui parlaient aussi de sorcières! C'est fou de retrouver ça ici! Tu es allée en Norvège aussi?

    Bisous

    1. Pourquoi ne fais-tu plus d'exploration urbaine? Manque de temps? J'ai vu que ton boulot semblait te bouffer progressivement, j'espère que tu auras l'occasion de te retrouver pour te remettre aux choses que tu aimes.

      Oui, j'ai fait une très grande partie de la Norvège quand j'avais 17 ans, c'était l'année "où je pouvais choisir le voyage" et où toute la famille a passé deux semaines à voguer de fjord en fjord! Je n'ai qu'une seule aspiration aujourd'hui c'est d'y retourner le plus vite possible, tellement l'expédition m'avait hallucinée!

  3. "Je me suis pourtant rendue à l'évidence, dans ce contexte et ces conditions, je ne casse vraiment pas des briques."
    WAT? NOPE NOPE NOPE ! Tu déchires, tes photos déchirent (et en plus t'es canon, dé-so-lé). Si j'avais le tiers du quart de ton talent je serais la plus heureuse des personnes, et cette série de photo je la trouve franchement superbe.
    Mais bon, je suppose qu'avoir un regard aussi dur sur ton travail c'est ce qui te permet d'être aussi badass. :p

    1. Merci pitchounette! Oui c'est vrai que je suis peut-être trop dure avec moi-même, mais j'ai un adversaire redoutable qui s'appelle internet, impossible de se sentir satisfait avec toute cette masse de choses fabuleuses à portée de main.

  4. Elise (Mempapeur)

    Je trouve que tu porte un regard très dur sur ton travail! Pour ma part je trouve certains de tes nouveaux clichés vraiment géniaux, et je suis fan de ceux que tu as travaillé de manière verticale, je trouve que c'est une très jolie série avec une vraie ambiance. En ce qui concerne le fait de laisser des figures en bois pour laisser une trace de ton passage, je trouve que c'est une excellente idée.
    Et en passant : Tu es de plus en plus canon!!!

    1. Merci, merci, et merci :D

  5. J'aime beaucoup la série verticale. Après, rien ne t'oblige à répéter un motif et si tu as le sentiment de l'avoir terminée, c'est que c'est le cas. Tu avanceras vers autre chose. En tout cas, j'aime tes photos et le regard que tu poses sur le monde et que l'on ressent à travers elles.

    1. Thanks! J'aime bien penser avoir trouvé un bon filon et m'épanouir dans son exploitation jusqu'à l'usure sans me reposer continuellement les mêmes questions, c'est motivé par ma profonde fainéantise.

  6. Je m'engage à rédiger un commentaire court et structuré (pour changer…)

    1) La photo de l'escargot sur la casquette de ton ami = ma photo favorite de tout ton blog
    2) Ton projet déchire ! J'ai coupé "Blair Witch Project" au moment précis où les aménagements naturels font leurs apparitions, n'en pouvant plus de me terrer sous ma couverture toutes les dix secondes. Je crois donc au pouvoir "intriguant" de ton projet.
    3) Arrête de dévaloriser ton travail, car il déchire lui-aussi
    4) Yeah, j'ai réussi à rédiger un commentaire qui tient en un morceau. J'ai gagné quoi !? Le droit de le retaper une seconde fois car Blogger l'a effacé quand je me suis connectée ? Great :')

    1. Je pense que retaper un commentaire à cause du facteur chaos internet est de loin dans mon top 10 des choses qui me font grincer les dents jusqu'à ce qu'elles se transforment en craie.

  7. J'ai immédiatement pensé à True Detective en voyant la première photo ♥

    C'est une approche artistique que j'admire, de t'imposer un cadre, une thématique ou des contraintes. Ça force à penser différemment et à révéler des choses originales quand on a l'impression de tourner en rond, et je trouve l'exercice parfaitement réussi de ton côté ! En outre j'ai l'impression que ça te remotive face à tes coups de mou/désinspirations, en te forçant à les affronter par un nouveau point de vue, une nouvelle contrainte stylistique. Chapeau pour la démarche qui est certainement plus constructive que mon fameux "tête d'autruche qui se plante dans le sol sans plus jamais en sortir".
    La Belgique me semble un cœur foisonneux de lieux décrépits qui ne demandent qu'à être visités avant de s'écrouler, ça donne tellement envie… Continue à nous les partager !

    1. Je continuerai de te les montrer avec l'espoir qu'un jour cela retransmettra suffisamment de magie pour que tu viennes les voir par toi-même!
      Sinon, merci pour tout, encore.

  8. C'est drôle, en regardant tes photos et avant de lire le texte, je me disais "elle, elle parvient vraiment à capter l'essence des lieux, ce que je ne parviendrai probablement jamais à faire…". Comme quoi… Mais je comprends ce que tu veux dire, il y a tellement de photos sur le net qu'on a toujours cette impression de ne pas faire quelque chose d'assez poussé. Par curiosité, quel appareil utilises-tu?

    Je trouve ta démarche très intéressante. J'admire le fait de chercher des idées, de vouloir amener sa créativité toujours plus loin, je que je ne fais pas du tout assez. J'ai tendance à me laisser porter par ce que je vois plus que d'y apporter quelque chose de plus, malheureusement. En tout cas, tu as de la chance d'avoir des gens aussi intéressés que toi par l'exploration urbaine, ce n'est pas mon cas et c'est très frustrant parce que ce n'est pas quelque chose que j'aime entreprendre seule!

    1. Avant j'utilisais un Canon 5D avec un 50 mm 1.4, maintenant j'utilise un Fujifilm xe-2 avec un 35mm 1.4 (deux fois moins cher, deux fois moins lourd), et un fisheye Samyang.

      Je serais curieuse de voir tes photos! Où habites-tu? Si tu es de Belgique et qu'on apprend à un peu mieux se connaître, on peut s'arranger…!

  9. Tes photos sont toujours aussi magnifiques, c'est toujours un plaisir de venir sur ton blog !

    1. Oh,hé, merci dis! C'est toujours un plaisir de lire des chouettes commentaires ;-)

  10. Ces photos sont géniales, très True Detective en effet. J'ai vraiment beaucoup aimé cette série et tu viens de m'y replonger, c'est super agréable.

    Voila l'adresse de mon nouveau blog : http://blaubirken.blogspot.fr/