WHAT’S IN THE MAILBOX? #1

Une nouvelle catégorie pleine de futilité, et une énième tentative de trouver des prétextes pour libérer certaines choses de mon esprit et les classer de manière plus ou moins astucieuse. Ce qui arrive dans ma boîte aux lettres est souvent représentatif de ce qui m’anime ces derniers temps d’un point de vue culturel autant que superficiel, voilà une nouvelle excuse pour aborder des sujets plus personnels et plus légers.
Il y a maintenant quelques années, je suis tombée sur le livre de l’histoire merveilleuse de Peter  Schlemihl sur le blog de Helhorn, qui l’avait découvert tout à fait par hasard dans une bouquinerie, et tomba immédiatement amoureuse de son allure, et ce fût mon cas également. Me méfiant souvent des belles couvertures qui priment généralement sur le contenu, le titre m’intrigua quand même, et je partis à la recherche d’un exemplaire à me mettre sous la main. Une quête plus hardue que je ne le croyais, l’édition étant limitée à un tirage modeste, mais où je finis quand même par trouver un exemplaire à 1€50 sur priceminister que j’ai vite fait de bookmarker.

J’ai complètement perdu ce listing de vue jusqu’à ce que Marie me parle d’un film qu’elle a immédiatement revendu sur cette plateforme de vente que je n’utilise jamais, j’étais donc persuadée qu’à un prix aussi dérisoire il se serait évaporé depuis longtemps, 3 ans s’étaient écoulés depuis et un autre exemplaire sur Ebay se vendait aujourd’hui à 50 euros, ce qui ne laissait pas beaucoup de place à la chance. Mon étonnement fût donc énorme en découvrant qu’il m’attendait patiemment là où je l’avais laissé, somnolant sur l’étagère d’un inconnu pendant tout ce temps.
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire l’étrange histoire de Peter Schlemihl de Adelbert von Chamisso, un petit conte allemand tantôt classique, tantôt gothique, peu épais et très facile à lire qui a accompagné quelques-uns de mes trajets. Une belle motivation littéraire complètement inattendue qui m’a intriguée du début à la fin, et dont j’ai caressé la couverture ésotérique maintes fois sans jamais m’en lasser.

C’est en revenant de Corée que j’ai décidé que je voulais des cheveux bleus. Ou verts. Ou bleus-verts, et que le rouge ne me convenait plus. Le vert forêt que je m’étais octroyé il y a quelques années était de loin ma couleur favorite mais j’ai préféré la mettre de côté quand j’ai commencé à travailler, optant pour quelque chose de plus conventionnel pour mettre toutes les chances de mon côté. C’est un mix de crise identitaire à Séoul et une certaine aisance et permissivité professionnelle qui m’ont doucement redirigé à être une créature du lagon. Il fallait s’y résoudre, l’idée s’était à nouveau insinuée dans ma tête et ne voulait plus me lâcher.
Certains se rappellent peut-être de mon échec cuisant lorsque j’ai voulu passer d’un ton du cercle chromatique à son opposé, et de la technique de la vitamine c qui m’avait sauvée les miches pour ne plus me donner des allures de Joker. Prévenante, j’ai réitéré le même processus pour faire dégorger le rouge un maximum pour ne pas devoir décolorer, et même si les résultats étaient bons, je voyais qu’ils étaient insuffisants, et que la superposition de mon rouge pâle et de mon vert d’eau donnerait quand même un brun chiasse indécent.
J’ai repensé à un produit dont on m’avait parlé dont l’objectif était d’extraire la coloration du cheveu mais pas de le blondir, une alternative qui me conviendrait beaucoup mieux puisque je m’étais promis de ne jamais m’approcher d’une bouteille de bleach pour arriver à mes fins, pari tenu jusqu’à présent. Je suis extrêmement méfiante sur ce genre de produits dont je lis la liste des ingrédients avec minutie et sur lesquels je me renseigne sur toutes les formes possibles. Ceux qui se disent « inoffensifs » ont envoyé des gens à l’hôpital, mes félicitations, et les contenus soi-disant sans danger ont fait doubler mon bras lors du test cutané que j’avais eu la présence d’esprit d’effectuer au préalable. J’avais déjà choisi mon épitaphe au cas où: to die or to dye, that is the question.
J’étais donc complètement sceptique en tombant sur Jobaz, un extracteur de couleur qui se dit plus propre que les autres au niveau de la composition et délicat dans le processus. Le test d’allergie n’a rien donné, j’ai donc foncé dans le tas en passant la demie-heure la plus longue de ma vie, prête à courir au moindre picotement aux urgences.  Cela fait 10 ans que je n’ai plus vu ma couleur naturelle à part sur mes racines et je ne pensais jamais la revoir dans sa totalité un jour. Cela ne m’avait pas beaucoup manqué pour être sincère puisque c’est affreusement terne, mais j’ai quand même passé les trois derniers jours hallucinée par la tignasse de l’ancienne Aleks, incapable de me reconnaître dans une glace.

L’Hair Colour Remover de Jobaz est une véritable potion magique à laquelle j’ai encore du mal à croire. Si on m’avait dit qu’en posant un liquide visqueux qui sent les égouts (petit bémol, tout petit) quelques dizaines de minutes et que je retrouverais mon châtain clair sans aucun résultat destructeur, je ne l’aurais pas cru. Cela change absolument tout à mon processus de coloration, et si ce produit avait existé il y a quelques années, dieu sait à quel point cela m’aurait changé la vie! Je repense par exemple à mes très longs cheveux qui étaient noirs et que je voulais rouges, dont j’ai dû teindre la racine mois après mois remplaçant progressivement la couleur par une autre pour arriver à mes fins sans vouloir prendre des raccourcis dangereux qui les transformeraient en un sac de paille. Des années d’allure pourrie et de galère enfin résolues par une compagnie dont je baise les pieds virtuels et dont je vais faire un stock de leur produit phare illico, au cas où internet mourrait dans les années qui suivent.
Il y a quelques mois je suis tombée amoureuse de Kate Lanphear (une espèce de Tilda Swinton d’Only Lovers Left Alive), et de son style plus mature mais assumé, quelque chose dans lequel je me serais bien vu vieillir. La question des cheveux blancs s’est alors posée, et ma coiffeuse m’a conseillé de décolorer sur ma couleur naturelle si je voulais limiter la casse et de ne pas le faire sur mes cheveux colorés, une option qui me semblait encore il y a quelques mois impensable et impossible, puisque je ne pensais pas revoir une once de chevelure vierge un jour. Aujourd’hui la donne semble avoir changé, je peux apparemment avoir les cheveux noirs, roses, bleus sur le même mois sans les abîmer. Qui sait dans quelques années Jobaz proposera peut-être un produit non abrasif pour avoir de cheveux blancs sans les brûler?

Mon actualité musicale depuis quelques mois se résume essentiellement à du black metal, une orientation que je vis passionnément mais qui me laisse toujours perplexe quand je repense aux cds de Burzum que j’ai ramené immédiatement à la médiathèque l’année de mes 16 ans après une brève écoute, convaincue que ce sous-genre ne me séduirait probablement jamais. (True story, une fois le cd introduit, ma mère est descendue en pensant que j’avais cassé la machine à laver.) Ma garde-robe a toujours subi/suivi mon actualité musicale qui évolue probablement tous les trois ans, et quand je pense donc avoir atteint un équilibre représentatif de ma personnalité, il faut généralement tout recommencer. C’est fou ce qu’on s’amuse quand on est schizophrène.

Dans ces moments-là, j’aime être inspirée, et Katie Metcalfe a répondu à toutes mes attentes possibles pour m’engager dans ma nouvelle voie. Je n’ai pas su décrocher mes yeux de sa beauté, de son look, tout en elle me hurlait que c’était le coup de foudre et que je voulais lui ressembler. Mon carnet à portée de main, je prends des notes de cette récente muse, et je dévore tous ces sites web plus incroyables les uns que les autres avec une avidité non contenue.


Je ne peux pas continuer sans accompagner cet article de quelques-uns de
mes morceaux favoris de ces derniers temps.
A vos boules quies!


Mais parmi les nouveaux t-shirts qui arrivent par la poste et les nouvelles influences qui s’exposent au grand jour, les racines sont les mêmes et il reste les achats compulsifs, ceux pour lesquels le coeur s’exprime après un concert époustouflant, dingue, mémorable, qui des jours après vous replongent dans le répertoire des anciens dieux, même si avec les années, il s’en profilent de nouveaux. Coal Chamber a choisi pour sa setlist une majorité de morceaux issus de l’album Dark Days. Certains estiment que c’est leur moins bon, cela a toujours été de loin mon préféré. Peut-être parce que jusqu’à présent il avait raison sur toute la ligne à propos de ma vie : Dark Days, Dark Days, Dark Days.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par le symbole *.

11  commentaires

  1. J'aime bien les articles plus superficiels comme tu dis, et ils sont loin d'être inintéressants puisque je suis très intéressé par les produits Jobaz. Je pense que l'été arrivant je vais enfin assumer mes cheveux gris et me teindre la tignasse dans cette couleur pour ressembler au frère caché de Sephiroth (pouah la vieille référence moisie…)

    Les cheveux verts te vont à merveille en tout cas ! Tu es superbe.

    Je réalise que n'écoutant plus de black metal/metal la plupart des chansons qui trouvent encore grâce à mes yeux sont celles que tu publies quotidiennement. Je te dis donc merci pour les quelques intenses moments de nostalgie que tu m'offres au détour de tes articles.

    1. J'ai vu que Adore a sorti une teinte argentée:
      http://i.ebayimg.com/images/i/231369177022-0-1/s-l1000.jpg

      Je me suis demandée ce que ça donnerait sur mes cheveux naturels. Sans doute quelque chose d'horrible,haha! Je t'encourage dans ta démarche en espérant que tout se passera bien, un bau gris semble pavé de sacrifices :(

      Merci pour les compliments :3 Je crois que le vert reste ma couleur de coeur parmi toutes, j'espère que les employeurs me permettront de la garder longtemps…

      Si tu as des recommandations black metal, je prends! Tes conseils musicaux me manquent beaucoup…

  2. Ce conte allemand semble vraiment attirant !

    Et pour la couleur de cheveux, c'est une coïncidence amusante, mais je suis partiellement passée au "vert forêt/emerald green", couleur qui m'attire depuis des années et que j'avais complètement loupé lors de ma première tentative il y a trois ans. J'avais peur des réactions au boulot, mais à part une collègue naturellement relou et quelques blagounettes gentilles, je n'ai pas eu un seul commentaire négatif. J'avais peur que les directeurs me demandent de cesser mes conneries, vu que je suis inspecteur financier et dois avoir l'air sérieuse auprès des gens que je contrôle (la blague), mais j'ai été agréablement surprise d'être passée + ou – inaperçue. Je n'ai fait que le bout de mes mèches, de manière à pouvoir les couper/les attacher en cas de souci, mais je me sens tellement mieux avec ce petit bout de vert "peacock" dans ma tignasse. Conclusion : je tente le labret la semaine prochaine, alors que je me suis toujours interdit les piercing au visage.

    Sinon, ta réaction sur ta couleur naturelle est assez amusante. Retrouver ma couleur naturelle après trois années de colo diverses et variées fut un soulagement. Même si je trouvais que certaines couleur m'allait plutôt bien, j'avais le sentiment de m'être "perdue" en chemin, ne me reconnaissait pas dans le miroir ou en photo, alors qu'à la base je trouvais aussi ma couleur "terne".

    Et le dernier point commun accidentel de nos existences, c'est le groupe "Csejthe" dont tu parles. J'ai terminé le mois dernier une bio de Bathory, et avant sa lecture, je n'aurai jamais compris ce à quoi le nom Csejthe faisait allusion. J'me sens intelligente et cultivée à présent (non).
    Du coup, j'ai écouté la chanson et j'aime beaucoup – je n'ai toujours pas bougé d'un millimètre sur mon seuil à l'entrée du monde du black, mais ça ne me dérange plus.

    Vive ces articles, ils sont bien cools ! Tu dois être en route pour le Hellfest, passe un bon festival ;)
    Moi, je vais me coucher, on part pour le Graspop demain – mon sac n'est toujours pas entamé, ça va être la grosse joie.

    Biz'

    1. Je me relis après avoir posté (comme toujours) – je constate que j'ai vraiment un problème avec la conjugaison (fatigue ou pas fatigue) O_O

    2. Veux-tu que je te le prête? Ca fait longtemps qu'on n'a plus fait d'échange de colis et je pense que ce serait bien ton genre, toi qui es assez avide littérature historique et classique, tu n'en ferais qu'une bouchée!

      Je viens de voir tes mèches vertes sur ton article Graspop (que j'irai commenter tout à l'heure!), c'est super beau! Tu utilises quoi comme marque si ce n'est pas indiscret? De mon côté, j'ai eu les habituels "mais pourquoi?" et "c'était mieux avant", le contraire m'aurait étonné, tiens!

      As-tu fait ton labret? Normalement mis juillet, je me refais le septum! C'est un bon piercing camouflage, il suffit de le retourner à l'intérieur des narines lorsqu'il doit être masqué, on n'y voit que du feu…

      Fais attention au labret, choisis bien des tiges en plastique ou le plus légères possibles, j'ai dû retirer le mien parce qu'il déchaussait mes dents à force d'accrocher ma gencive (mais c'était il y a 10 ans, j'ai entendu qu'on avait fait pas mal de chemin au niveau des matériaux depuis)!Tu entames une véritable révolution du look on dirait! C'est cool!

      Je ne sais pas si revoir ma couleur naturelle était un soulagement de mon côté, je dirais plutôt que c'était surtout déroutant et j'ai l'impression d'avoir l'effet inverse au tien, je ne reconnaissais plus rien chez moi et avait l'impression d'être complètement "délavée" physiquement et psychologiquement.

      Je ne savais pas du tout ce que signifiait Csejthe avant de tomber sur ce groupe! Découvrir sa signification sanglante m'a émerveillée! As-tu vu le film "La comtesse" sur le sujet de et avec Julie Delpy? Il est excellent, je te le recommande vivement!

      Merci pour le Hellfest, l'article est en ligne, ouf!

  3. Bonsoir Aleks, ça fait super longtemps (pour re-situer le truc, je suis Ombre de The Dark Rainbow et ça fait un demi-siècle. Au bas mot).
    J'ai scrollé, et au fil de l'article, je me suis fait la remarque que ces extracteurs de couleur capillaire, c'était rudement efficace. Et si j'avais su, ça m'aurait évité de me refaire décapage sur un décapage quand mes cheveux étaient encore licorne (j'ai cessé pour cause de stage imminent). Le bleu-vert me rappelle ton vert sapin de l'époque dont j'étais très fan, et obviously, c'est chouette. Et ce genre d'article plus léger passe très bien.
    Au mot "Corée", j'ai cherché dans les articles plus anciens pour quelques photos. Je me fais un avant-goût de Séoul, où je pars en université partenaire pour six mois en mars prochain. En remontant les articles je me suis souvenue que j'avais toujours été fan de tes photos. Et ton tatouage de cuisse est fou, je suis admirative.
    En tout cas si tu te souviens de moi tu te souviendras peut être que mes commentaires ont toujours été décousus, faut croire que certaines choses ne changent pas! :)

    1. Hello!
      Je suis ton nouveau blog depuis le début (un peu dans l'ombre!) je vois très bien qui tu es et je te lis toujours :)!

      J'ai vu que tu partais en Corée et allait te laisser un commentaire sur le fait que je venais d'y faire un tour au cas où ça t'intéressait, mais puisque j'ai un rythme d'escargot dans mes publications, je n'ai pas voulu mettre la charrue avant les boeufs et m'étais dit que je reviendrais vers toi quand la machine serait en marche plutôt que de t'annoncer des articles qui prendraient peut-être trois mois à être postés :p

      Ton voyage me motive à enfin mettre ça en ligne, le fait de savoir que ce sera "utile" à quelqu'un plus que du racontage de vie est une bonne émulation pour essayer de faire ça bien. C'était un voyage conséquent avec des réflexions qui l'étaient tout autant, j'ai besoin de pas mal de courage pour me lancer parce qu'il y a beaucoup de choses à dire et beaucoup d'articles à publier sur le sujet! J'espère que tu y trouveras quelques pistes et réponses.

      Merci pour tes compliments et d'être venue donner un petit signe de vie, ce que je ne fais pas assez de mon côté!

  4. Ce billet est, comme d'hab’, assez génial. Je l'ai lu de bout en bout sans décrocher, donc tu vois, tes soit-disant sujets « superficiels » ou « légers », tu sais ce que j'en pense, hein ! :)

    Priceminister est en effet une mine d'or. J'ai je ne sais combien d'alertes en cours pour des tonnes de bouquins, de CDs et autres… Je n'achète pas tout évidemment mais de temps en temps j'ai eu de supers suprises (genre un livre de Serge Lutens aussi magnifique que rare, vendu jusqu'à 600€ d'occaz', que j'ai eu à 80). Bref, je suis fan ! Note que pour revendre des trucs, c'est également un bon plan.

    Quant à cette histoire de dégorgeur de couleur… Ahlàlà. Si j'avais connu ça plus jeune ! Bien des drames auraient été évités ^.^;

    Tes nouveaux cheveux sont vraiment magnifiques. Ils ont l'air très doux en plus ! (On peut toucher ?) Magnifique couleur, sur une personne sublime. ♥︎

    1. Merci Marie :3!

      Je suis assez admirative des gens qui revendent à la pièce sur PriceMinister pour des queues de cerise. Je n'aurais personnellement jamais le courage de prendre des photos et de les lister pour 1euro50 la pièce! Mais bon, ça c'est la fainéantise, et avec des gens comme moi, on ne ferait strictement rien!

      Merci pour les cheveux, je me sens beaucoup plus en adéquation avec moi-même depuis,ça fait du bien de pouvoir s'écouter! Figure-toi que le Jobaz magique semble avoir fait aussi des miracles au niveau du conditionnement de ceux-ci, ils sont plus en forme après ce traitement anti-couleur qu'ils ne l'ont jamais été, je n'en reviens toujours pas! Je t'enverrai une mèche pour la caresse, je note ça sur un post-it!

      <3

  5. Anonyme

    C'est sublime. *.*

    J'avais eu cette couleur il y a quelques années.
    Je peux te demandée quelle est la marque de la tienne si ce n'est pas trop indiscret ?
    Je recherche une marque vegan qui n'est pas trop dégueulasse niveau composants.

    H.

    1. J'ai utilisé Aquamarine d'Adore!
      Elle est cruelty free et peut être achetée ici :

      http://www.beeunique.co.uk/index.php?main_page=index&cPath=151&zenid=a52bd04d54215b8930e9d9a8adbd50f5

      :)